Clermont-Ferrand 18° C
dimanche 25 octobre

Dominique Sarron : « Charade, c'est toute notre enfance, notre jeunesse »

18h06 - 21 septembre 2020
Dominique Sarron : « Charade, c'est toute notre enfance, notre jeunesse »
Dominique Sarron sera présent avec son frère Christian à Charade Heroes. Tous deux rouleront sur des machines Yamaha et Honda. Dominique pilotera une réplique de la moto vainqueur des 8 H de Suzuka en 1986.

Avec son frère Christian, Dominique Sarron fait partie des invités prestigieux de Charade Heroes. L'ancien pilote moto riomois, 3e du championnat du monde 250 cm3 en 1986 et sept fois vainqueur du Bol d'Or, se confie.

Avec votre frère, Charade Heroes va vous rendre hommage, quels souvenirs gardez-vous de ce circuit ?

La moto fait partie intégrante de l'histoire de Charade. Le dernier Grand prix a eu lieu ici en 1974. À l'époque, j'étais tout jeune mais j'étais quand même monté le voir. Pour moi, cela reste un excellent souvenir. Je me rappelle que l'on entendait les motos qui remontaient du bas du circuit pour rejoindre Thèdes, cela faisait un bruit assez incroyable. Tous ces souvenirs sont pour moi assez saisissants.

Quelles motos allez-vous amener à Charade Heroes avec votre frère ?

Christian, qui a toujours fait sa carrière chez Yamaha, va rouler avec des machines de la marque forcément. Pour ma part, j'ai gardé de très bons souvenirs de ma carrière. Il y a évidemment cette victoire commune avec mon frère au Bol d'Or en 1994 sur une Yamaha, mais j'ai couru de nombreuses années chez Honda. Là, j'aurai l'occasion de rouler avec une réplique extrêmement belle et fidèle de la moto qui a gagné les 8 Heures de Suzuka en 1986 avec Wayne Gardner, un pilote australien qui fut également champion du monde dans la catégorie 500.

Que représente Charade pour vous ?

C'est toute notre enfance, notre jeunesse. Il y avait eu ce fameux Grand prix de 74 avec Giacomo Agostini, les MV Agusta et ces sonorités assez incroyables, qui résonnaient le long des montagnes. Après, nous avons commencé à faire un peu de moto, on venait ici entre copains pour passer de bons moments, arpenter le circuit de façon plus ou moins raisonnable (il sourit...). La descente, avec les Jumeaux, c'était quand même quelque chose d'assez incroyable. Si on restait sur notre partie de la route, on avait quand même tendance à rouler vite, à se prendre pour des pilotes en herbe. Bref, je ne garde que d'excellents souvenirs.

Et puis le tracé de l'ancien Charade, extrêmement technique, nous a aidés plus tard dans notre carrière quand il s'agissait d'appréhender des circuits comme Hockenheim et le Nurburgring en Allemagne, ou Spa en Belgique, tracés dans des sites naturels et vallonnés.

Peut-on dire que Charade a fait naître chez vous et votre frère la vocation de pilote moto ?

Oui tout à fait. Mais il y a eu aussi des pilotes de Formule 1 comme Patrick Depailler, des pilotes moto moins connus comme Dédé Fargeix qui était notre préparateur moto à l'époque. Ce dernier avait roulé à un bon niveau en championnat de France. Toute cette émulation faisait que les gens qui aimaient la vitesse et les sensations, sur deux ou quatre roues, venaient à Charade. Il y avait ici un tracé pour gros cœur, une ambiance. C'était aussi l'occasion d'échanger autour de notre passion commune.

Quelles étaient vos idoles lorsque vous étiez jeune ?

Ma première idole fut incontestablement mon frère. C'est lui qui a démarré en premier. J'ai vu ses résultats et sa progression fulgurante. Christian a eu la chance de rouler avec Patrick Pons à l'époque, un pilote français qui fut champion du monde *. C'était une personne qui comptait beaucoup pour nous. Je me souviens qu'il était venu à la maison, j'étais encore minot. Pouvoir côtoyer ce type de pilote de haut niveau, en toute simplicité, furent donc des moments importants dans une vie de jeune homme.

*Patrick Pons fut le premier français à être titré champion du monde dans un sport mécanique. C'était en 1979 dans la catégorie 750 cm3. Hélas, il est décédé à l'hôpital le 12 août 1980 (soit 12 jours après Patrick Depailler !) suite à son accident survenir sur le circuit de Silverstone lors du Grand prix d'Angleterre. 

0 commentaires
Envoyer un commentaire