Clermont-Ferrand 16° C
mercredi 28 octobre

L'ASM Clermont Auvergne s'avance dans une saison à plusieurs inconnues

06h47 - 07 septembre 2020
L'ASM Clermont Auvergne s'avance dans une saison à plusieurs inconnues
Morgan Parra et ses coéquipiers vont retrouver le Racing 92 en quart. Pour une revanche de 2018 où les Parisiens étaient venus s'imposer au Michelin...

La crise du Covid-19 à gérer, un changement de président durant l'été suite au décès d'Eric de Cromières, 13 départs et 8 arrivées au sein de l'effectif (Barraque a été officialisé le 4 septembre)... En six mois, l'ASM Clermont Auvergne aura donc dû se battre sur tous les tableaux. Au-delà même de la survie immédiate des clubs, durement impactés par la crise sanitaire en raison de la restriction des jauges, c'est une ASM qui s'avance sans vraiment de certitudes dans une saison de tous les dangers. Le groupe 2020-2021 a changé de visages. Une évidence. « C'est un bon recrutement avec un rajeunissement et un peu plus de JIFF*. Il y en avait besoin », dit Thierry Fraisse, le président de l'interclubs des supporters.

Si sportivement, c'était une nécessité, financièrement aussi estime Yves Meunier. « L'ASM disposait par le passé d'une pléiade d'internationaux et le club touchait des compensations financières pour leur mise à disposition. Avec moins de joueurs sélectionnés, le club a dû anticiper. Cette année, ils sont passés à la 5e place des budgets du Top 14 », observe l'ancien journaliste de France 3, syndic « rugby » pour l'UJSF Auvergne, qui rappelle par ailleurs que la crise actuelle pèse sur les trésoreries et qu'il n'y a pas ici « de milliardaire capable de faire un chèque. »

Parmi les recrues phare de la saison, Sébastien Bézy semble déjà avoir marqué les esprits. « À Toulouse, il avait su combler l'absence de Dupont. Il peut couvrir les postes de 9 et 10 à un tel niveau », souffle Thierry Fraisse. Même son de cloche chez Yves Meunier. « Avec lui dans l'effectif, cela laisse pas mal d'options au staff en termes de stratégie. Avec Parra, Mc Intyre et le jeune Viallard, tout ça me paraît intéressant. »

Pour la « star » Matsushima, il va falloir un peu de temps. « Il avait émerveillé tout le monde au Japon lors du Mondial. Il a du potentiel et va faire parler de lui. En plus, la barrière de la langue est moins présente » remarque Thierry Fraisse.

« Wait en see », lâche Yves Meunier. « Des stars qui viennent du bout du monde, on en a vu en France mais on a aussi vu des types décevants. Là, on a aucun repère. »

ASM/Racing 92 :
mort subite

Le 19 septembre, face au Racing 92 en quart de finale de Coupe d'Europe, les Jaunards auront droit à un premier exercice à balle réelle. Pas question de se louper. Thierry Fraisse y croit. « Je le sens mieux qu'en mars. C'est une Champions Cup spéciale étendue sur deux saisons. Mais je signe tout de suite pour la gagner. On remet les compteurs à 0 et les deux équipes n'auront que deux matches de Top 14 dans les jambes si tout va bien. »

Si d'aucuns estiment que la Coupe 2020 est déjà dévalorisée, ce n'est pas l'avis d'Yves Meunier. « Non, je ne pense pas. Nous avons la chance de pouvoir jouer à la maison. Mais sur quelle jauge sera-t-on ? Même à 10000 supporters, on ne sera pas dans une ambiance festive identique à celles que l'on a pu connaître par le passé. Souvent, la Coupe d'Europe nous sortait d'une certaine médiocrité du Top 14. Mais cette année, avec le contexte sanitaire, ce ne sera pas le cas. »

Plus largement, Yves Meunier s'interroge sur la capacité du rugby français à se réformer et à s'entendre. L'EPCR a annoncé pour la Champions Cup 2020-2021 une formule à 24 clubs (2 poules de 12) le tout étalé sur 8 week-ends dans la saison. Mais la guerre Fédération française de rugby-Ligue Nationale a encore de beaux jours devant elle, alors que se profilent des élections pour la première citée le 3 octobre.

« On est le seul pays où il n'y a pas qu'un seul patron pour le rugby ! », souligne l'ancien chef des sports de France 3 Auvergne, dont les ruées verbales et les coups de griffe manquent singulièrement à la profession.

(* JIFF : Joueurs issus de la formation française).

0 commentaires
Envoyer un commentaire