Clermont-Ferrand 23° C
mardi 28 juin

La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergnate a célébré son 50e anniversaire

06h47 - 06 juin 2022
La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergnate a célébré son 50e anniversaire
Christian Bouchardy, président de la délégation Auvergne de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) Auvergne Rhône-Alpes (© Audrey Faure).

L'association de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne Rhône-Alpes a profité de son anniversaire pour faire la rétrospective de ces 50 dernières années et de ses multiples combats.

« 50 ans, c'est le bel âge pour se retourner sur son passé et tenter de faire un bilan », annonce avec émotion Christian Bouchardy, président de la délégation Auvergne de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) Auvergne Rhône-Alpes. Il était là quand tout a commencé, en octobre 1971, avec la création du Centre Ornithologique d'Auvergne, ancêtre de la LPO.

PARTI DE RIEN

À l'époque, « pratiquement aucune espèce animale était protégée. Il n'existait aucune réserve naturelle en Auvergne, et pas plus au niveau national que régional. » Des oiseaux comme le faucon pèlerins étaient près à disparaître. Il a fallu attendre 1976 pour obtenir la première loi relative à la protection de la nature. « Lorsqu'on raconte cette histoire aux jeunes adhérents, ils nous regardent comme si nous étions des hommes préhistoriques. Ça paraît inconcevable pour un jeune qui arrive aujourd'hui. »

Au fur et à mesure, l'association dédiée à la protection des oiseaux a étendu ses missions. « On est passé à la protection des territoires parce que protéger un animal par la loi c'est bien mais ce n'est pas suffisant. » La survie d'un animal dépend avant tout du milieu dans lequel il vit. La LPO participe à la préservation de plusieurs espaces et notamment l'emblématique réserve naturelle nationale du Val d'Allier qui s'étend sur 21 kilomètres.

En 1991, le Centre Ornithologique Auvergne qui comptait 250 adhérents devient la LPO Auvergne avant de se transformer en LPO Auvergne Rhône-Alpes, suite à la fusion des régions de 2019.

Une opération saluée par Frédéric Bonnichon, vice-président de la Région délégué à l'environnement et à l'écologie positive : « Parmi tous les organismes, et il y en a eu plein, vous faites partie de ceux qui ont réussi la fusion. Ce n'était pas évident, vous avez chacun abandonné des choses. » La délégation auvergnate est maintenant soutenue par plus de 1800 adhérents !

RELAIs

L'objectif aujourd'hui est de « travailler beaucoup plus en partenariat avec les collectivités, explique Christian Bouchardy, la biodiversité est toujours le parent pauvre des politiques publiques ».

Au fil des années la LPO est devenu un fidèle allié de Clermont-Ferrand, de la métropole et de la région. « Notre connaissance intime du terrain et l'expertise qui en découle, rendent notre association particulièrement précieuse et utile dans la participation à une gestion raisonnée et conjointe du territoire. » La LPO a notamment accompagné la municipalité de Clermont-Ferrand dans la gestion de trois parcs, les parcs de Montjuzet, du Creux de l'Enfer et le jardin Lecoq, qui ont obtenu le label Refuge LPO. « Vous nous avez pas mal aidé sur des problématiques qu'on ne soupçonne pas toujours », avoue Nicolas Bonnet, adjoint chargé de la nature en ville, au président.

Pour Olivier Richard, chef du pôle politique de la nature de la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL), la collaboration avec la LPO est essentielle. D'abord pour son expertise technique. L'association accompagne par exemple des politiques en faveur des espèces patrimoniales, « des espèces pour lesquelles notre région a une responsabilité particulière comme le milan royal ou la pie grièche ».  La délégation est également un relais important vers les territoires pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes éloignée.

SENSIBILISATION

La LPO dévoue aussi son travail au Centre de sauvegarde pour oiseaux sauvages, basé à Clermont-Ferrand. En 2021, plus de 2 250 oiseaux ont été accueillis, un chiffre record. Et les températures actuelles inquiètent déjà la nouvelle directrice de l'association Sabine Boursange : « Dès qu'il y a des canicules, on reçoit beaucoup plus d'oiseaux. Notre objectif c'est bien sûr de soigner ces oiseaux là mais surtout de faire diminuer les entrées par la sensibilisation ».

Toute l'année, la ligue prépare des animations scolaires, des balades ou encore des formations. Elle était d'ailleurs partie à la rencontre des citoyens le 14 mai dernier au jardin Lecoq !  

(La LPO AuRA a lancé un appel aux dons pour soutenir le Centre de sauvegarde : « LPO AuRA » sur Hello Asso.)

www.lpo-auvergne.org

0 commentaires
Envoyer un commentaire