Clermont-Ferrand 20° C
dimanche 24 octobre

Les Panthères vont jouer sur un air Latino

09h37 - 29 juin 2021
Les Panthères vont jouer sur un air Latino
L'internationale Rosanna Giel Ramos, qui joue au poste de Centrale,est l'une des nouvelles joueuses cubaines. (Photo Conny Kurth).

Les Panthères de Chamalières repartiront pour une saison dans l'élite avec un groupe remanié et l'arrivée de sept joueuses dont quatre Cubaines et une Portoricaine. Ce recrutement « latino » a pour but de faire vivre encore plus le ballon.

Après le recrutement de Diaris Perez Ramos en 2020, quatre nouvelles joueuses cubaines arrivent à Chamalières. Après la période africaine, les Panthères vont prendre l'accent latino d'autant que la Portoricaine Wilmarie Rivera rejoint le VBCC également. « Elles mettent de l'enthousiasme mais avec de la rigueur explique le coach Atman Toubani. C'est différent. Ces joueuses veulent faire vivre ce ballon et faire vivre la salle. On peut élargir notre palette avec une vague d'attaquante au filet pour mettre de l'incertitude sur le bloc adverse. »

Si le VBCC a connu une vague de prolongation avec cinq joueuses qui poursuivent l'aventure à Chamalières, comme Yolande Amana Guigolo qui sera capitaine, Estelle Adiana, Diaris Perez Ramos, Pilar Marie Victoria Lopez et Alex Merle, plusieurs éléments sont partis comme l'emblématique Christelle Tchoudjang-Nana (Marcq en Baroeul), Ana Sofia Jusino-Jimenez, Ivana Jeremic, Nynke Oud (VC Sneek), Viktoria Grigorova (Charleroi), Juliette Gelin (Cannes) ou Layne Van Buskirk. Le départ de Christelle Tchoudjang-Nana, l'une des cadres, est marquant.

Ces départs sont compensés par l'arrivée de quatre joueuses internationales cubaines : Claudia Hernandez (Réceptionneuse-attaquante, Deportivo Jaamsa), Greisy Fine Martinez (Pointue, Sakarya), Jessica Aguilera Carbajal (Centrale, Maritza Plovdiv) et Rosanna Giel Ramos (Centrale, Halkbank).

« Il fallait construire l'équipe autour des joueuses qui restaient déclarait Atman Toubani. Autour de Pilar, autour de Diaris. Après on reste sur un volley athlétique. Ce qui risque de changer, c'est sûr le jeu de la passeuse, sur la distribution. On va jouer sur la rapidité. On a joué dix ans avec Christelle Tchoudjang-Nana qui aspirait beaucoup de ballons mais on ne la remplace pas comme ça. Le jeu sera plus diversifié avec une responsabilité partagée. Mais on veut toujours faire du spectacle. »

Un recrutement complété Manon Bernard (Libero, Mougins) et Eva Elorga (Centrale, Quimper) et par la Portoricaine Wilmarie Rivera (Passeuse, Valencianas de Juncos). Le staff va devoir se mettre rapidement à l'Espagnol. « Le but c'est quelles parlent français avouait le coach. On va continuer à communiquer en Anglais mais c'est vrai que je vais apprendre les termes de bases du volley en Espagnol aussi. Tout le monde doit faire des efforts. »

« Faire vivre la salle »

Cette année encore, le club a souhaité construire un groupe autour d'un projet de jeu basé sur l'explosivité et un jeu varié, rapide. Le club va mettre en place différents systèmes de jeu allant de deux pointues sur le terrain à trois joueuses complètes sur le terrain. La concurrence et l'émulation seront la clé de voûte de la construction du groupe. Comme les années précédentes, le VBCC s'est efforcé à construire un effectif pour répondre à une philosophie de jeu qui s'articule autour d'un fort potentiel offensif.

Dans l'idéal, le staff aimerait récupérer les joueuses début août tout en gagnant quelques jours de préparation mais les formalités de déplacement et de visas à l'international pourraient mettre plus de temps avec la Covid. Le VBCC veut enchaîner un maximum de matches de préparation pour mettre son jeu en place et être prêt rapidement. Le tournoi de Riom, et le tournoi de Nancy sont prévus pour gagner des automatismes.

Quel sera l'objectif du VBCC cette saison ? « J'ai l'habitude d'être franc avouait Atman Toubani. On a construit un groupe pour deux années, un groupe très jeune. Je n'ai qu'un objectif, c'est de mettre une équipe derrière mais cela n'empêche pas de faire une belle saison. Le but c'est de faire progresser individuellement les joueuses avant de faire progresser le collectif. Il y a des paris sur le recrutement, notre six majeur va être jeune. Il y a de l'insouciance mais on risque d'avoir des hauts et des bas en première partie de saison. »

8 départs, 7 arrivées, 5 prolongations, le VBCC a renouvelé son effectif avant d'attaquer une nouvelle saison dans l'élite du volley-ball français féminin. « Le championnat est de plus en plus fort et il faudra être encore patient, continuer à apprendre pour espérer créer une belle surprise a conclu le coach Atman Toubani. Les clubs ont pris des risques au niveau du recrutement, ce qui rendra une nouvelle fois ce championnat imprévisible ! La clé de la réussite sera encore la solidarité à tous les étages du club dans les moments de tempête et le lâcher prise pour renverser les montagnes. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire