Clermont-Ferrand 12° C
mercredi 14 avril

Clermont-Toulouse : l'ASM s'avance en outsider dans ce choc européen

14h19 - 07 avril 2021
Clermont-Toulouse : l'ASM s'avance en outsider dans ce choc européen
Sébastien Vahaamahina, Sébastien Bézy et Franck Azéma lors de la conférence de presse de l'ASM Clermont Auvergne.

ASM/Stade Toulousain, c'est l'une des grosses affiches des quarts de finale de la Champions Cup de Rugby. Le choc franco-français est prévu dimanche 11 avril, à 16h. Clermont devra hausser sérieusement son niveau s'il veut s'imposer face à l'ogre " Rouge et Noir ".

18e quart de finale pour Toulouse, le 11e pour l'ASM. Ce sont deux grosses écuries de la scène européenne qui vont s'avancer le 11 avril au stade Marcel-Michelin. Mais Toulouse compte déjà quatre étoiles sur le maillot alors que Clermont court toujours après la première (3 défaites en finale N.D.L.R.). Surtout, les joueurs de la Ville Rose n'ont jamais été battus par un club français à ce stade du tournoi. Certes, si les statistiques ne font pas tout, elles résument assez bien l'ampleur de la tâche qui attend les coéquipiers de Camille Lopez au moment où ils vont disputer leur avenir en coupe d'Europe. D'un côté, les hommes d'Ugo Mola, sûrs de leurs forces, premiers du Top 14 et qui viennent de corriger le Munster sur ses terres, de l'autre, les hommes de Franck Azéma, qualifiés in extremis pour ce quart, qui pratiquent un rugby en dents de scie et semblent toujours chercher leurs automatismes huit après le début de la saison.

S'il en est un qui attend cette confrontation avec impatience, c'est bien Sébastien Bézy. " Jouer un quart de finale de coupe d'Europe, c'est quelque chose d'important dans une carrière de rugbyman. On a envie de donner le meilleur de soi-même ", rappelle en préambule le demi-de-mêlée de l'ASM.

Face à ses anciens coéquipiers, ce match sera particulier pour le joueur. " Cela fait presque un an que je suis parti et j'ai toujours pas mal d'amis dans cette équipe. Maintenant, je suis avec Clermont et nous allons essayer de les battre pour passer en demi-finale. Je pense que ce sera un match très serré mais nous avons notre carte à jouer. On essaye de rester concentrer sur nous. On connaît notre potentiel et ce que l'on peut produire sur le terrain. Cela se jouera au mental, en essayant de faire le moins de fautes possible. "

Pour Franck Azéma, il n'y a pas photos. Toulouse s'avance comme " l'archi-favori " de ce quart, martèle le Catalan de cœur, histoire d'enlever un peu de pression sur les épaules de ses joueurs.

" Ils sont capables de s'imposer à La Rochelle et au Munster. Ils dominent la compétition depuis deux ans. Ils étaient demi-finalistes il y a six mois. Quand tu vois toutes les stars et les internationaux de leur effectif. Ils se sont construits autour de ce rugby qui est le leur. Ils baignent dans ce fonctionnement depuis l'âge de cinq-six ans et cela dure depuis des décennies ", observe le manager auvergnat, assez admiratif du jeu toulousain et de la culture rugbystique des bords de la Garonne.

Ce grand Stade-là aurait-il des points faibles ? " Très honnêtement, c'est difficile d'en trouver, avoue Azéma. Après, si l'on entrevoit une petite faille, on va quand même essayer d'y rentrer. "

A l'évidence, l'entraîneur clermontois ne veut pas trop s'attarder sur le match victorieux du début de saison en Top 14. " Cela remonte à un moment et la préparation a été un peu faussée. "

Reste que Lopez, Bézy ou Parra, vont affronter dimanche " la meilleure charnière du monde " selon Azéma.

Reste que Sébastien Bézy n'a pas trop envie d'évoquer ce duel annoncé avec Antoine Dupont. (Il réfléchit et souffle…). " Non, je ne pense pas du tout à cela. Franchement, nous travaillons surtout collectivement afin de battre cette équipe. Si l'on joue tous individuellement, on ne gagnera pas ce match. Quant à Antoine, il a montré cette saison, aussi bien avec Toulouse qu'avec l'équipe de France, qu'il était l'un des meilleurs demi-de-mêlées du monde. Ce sera donc un joueur à surveiller. "

Sébastien Vahaamahina, pour sa part, s'attend à rencontrer une équipe de costauds, capable de " jouer de partout " et qui s'appuie sur ses bases pour réciter son rugby.

" Il faudra que l'on soit capable de les faire déjouer ", estime le grand 2e ligne.

Au chapitre des anecdotes, on ne sait pas ce que Franck Azéma, qui a fêté ses 50 ans le 7 avril, a reçu comme cadeau d'anniversaire. Mais une victoire de ses hommes le 11 avril viendrait couronner une semaine et une année décidément particulières pour lui.

0 commentaires
Envoyer un commentaire