Clermont-Ferrand 27° C
mardi 14 juillet

Wesley Fofana : « Repasseren mode sacrifice pour l'autre » 

18h16 - 02 mars 2020
Wesley Fofana : « Repasseren mode sacrifice pour l'autre » 
Wesley Fofana ASM Clermont Auvergne

Le centre de l'ASM Clermont Auvergne, contrarié physiquement par les blessures, analyse les difficultés actuelles de l'équipe.

Qu'est-ce que vous inspire la situation actuelle en Top 14 ?

On a vu qu'il y avait des manques. La solution viendra de la volonté de chacun. Ce ne sont pas des choses très difficiles à travailler ou à mettre en place. Il faut juste de la volonté. Dans le rugby, c'est le premier des ingrédients. Il faut faire l'effort de se bouger sur le terrain, de courir, de repasser en mode sacrifice pour l'autre.

La situation commence à devenir délicate, qu'en pensez-vous ?

Oui bien sûr, c'est pour cela que l'on se retrouve dans cette position, en milieu de tableau. Le fait de ne pas regarder plus haut est embêtant.

Voyez-vous des similitudes avec la saison d'il y a deux ans ou est-ce différent selon vous ?

Non je ne pense pas (il réfléchit...) À vrai dire, je n'y ai pas songé. Je me concentre sur cette saison. Avec les joueurs que l'on a, avec les équipes en pleine forme du moment, la situation est différente. Cette année, je constate juste que nous sommes un peu en retard et que nous n'avons plus le choix. Nous avons besoin de prendre des points.

Personnellement, comment vous sentez-vous après vos pépins physiques ?

Je vis très bien cette période. J'ai connu cette blessure lors de la Coupe du monde. Ce n'était pas du tout du chiqué comme on a pu le lire ou l'entendre ici ou là. Il a fallu intervenir au niveau chirurgical. Cela prend du temps. Mais je vais essayer de revenir petit à petit et me préparer pour les matchs qui arrivent. Tout sportif a envie de pouvoir jouer et s'exprimer.

Les supporters se sont posé des questions...

Oui je sais. Mais c'est la même blessure que celle de juillet et août. Ce ne sont pas plusieurs blessures. J'ai lu beaucoup de choses dans la presse mais je le répète, il s'agit bien de la même blessure.

0 commentaires
Envoyer un commentaire