Clermont-Ferrand 23° C
mardi 28 juin

Le circuit de Charade veut inventer nos prochains modes de transport

16h28 - 20 mai 2022
Le circuit de Charade veut inventer nos prochains modes de transport
« L'Auvergne a besoin de grandes locomotives qui illustrent son histoire et sa fierté » a déclaré Laurent Wauquiez (© Charles Pietri Région AURA).

La Région, le Département et l'industriel Green Corp Konnection, travaillent ensemble pour faire du circuit de Charade le moteur des recherches sur les mobilités de demain.

Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, s'est rendu, le 21 avril, sur le circuit automobile de Charade, à Saint-Genès-Champanelle, avec l'espoir d'en faire un lieu pionnier de la recherche et du développement de mobilités durables.

Aux côtés du président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Lionel Chauvin, et d'Éric Boudot, directeur général de Green Corp Konnection (GCK), Laurent Wauquiez a dévoilé son soutien tant attendu au projet.

INVENTION

Le premier objectif est la création d'un véritable technopôle autour de la recherche, du développement, de l'incubation et de la mise en application des technologies dédiées à la décarbonisation.

Le circuit de Charade interviendra dans un second temps comme centre de test. « Charade est le seul circuit en France à avoir des montées et des descentes », explique Jean-Pierre Brenas, Conseiller métropolitain et régional qui a encouragé Laurent Wauquiez à s'engager. Un aménagement qui facilitera l'expérimentation puisqu'il fait de Charade « le seul circuit où l'on peut expérimenter l'induction dynamique ».

Le futur d'après Jean-Pierre Brenas. « Grâce aux routes dynamiques, les voitures pourront se recharger en roulant à partir de l'électricité sous le bitume ! Elles prendront l'électricité dans les montées, mais dans les descentes elles n'auront pas besoin d'accélérer, donc pas besoin d'électricité. Et elles restitueront cette électricité aux véhicules qui montent. »

Le développement de cet e-circuit permettra aussi d'expérimenter des véhicules hydrogènes et électriques aux bilans carbones moindre. « La mobilité est forcée d'évoluer compte tenu de la situation environnementale. », ajoute le Conseiller.

Lors de cette visite, Laurent Wauquiez, le président de la Région a affirmé sa volonté d'inscrire le projet dans le prochain Contrat Plan État-Région (CPER) : « L'Auvergne a besoin de grandes locomotives qui illustrent son histoire et sa fierté. C'est un modèle d'avenir et c'est l'ADN de notre région. À travers le CPER, la Région apportera plus de moyens à l'enseignement d'ingénieurs portés sur la mobilité, sur les programmes de recherches et sur l'expérimentation. Tout le monde en sort gagnant : nos territoires, nos grands groupes, nos jeunes ingénieurs, nos emplois. »

Pour continuer sur cet élan, la Région Auvergne Rhône-Alpes parraine deux événements sur le circuit : le Charade Super Show le 15 mai dernier et le Charade Electric Festival, les 24, 25 et 26 juin.

FIERTÉ

Ce projet est aussi l'occasion pour le circuit automobile auvergnat de retrouver de sa superbe. Connu dans le monde entier dans les années 60 et 70, il pourrait maintenant devenir « l'invention de la mobilité de demain selon Jean-Pierre Brenas. C'est vraiment un circuit dont on peut être fier à Clermont. »

Une ville historiquement novatrice en matière de mobilité : « À Clermont-Ferrand, Michelin a évidemment avancé beaucoup de choses en termes d'automobile. C'est ici qu'on a inventé la navette autonome que Ligier construit et commercialise. » L'histoire continue...

0 commentaires
Envoyer un commentaire