Clermont-Ferrand 27° C
samedi 13 avril

De retour au VBCC, le coach de l'équipe de France voit la transformation du club

15h48 - 20 février 2024 - par Guillaume Bonnaure
De retour au VBCC, le coach de l'équipe de France voit la transformation du club
Le 8 février, Émile Rousseaux et tout le VBCC, à la Maison des Sports. - © GB

Émile Rousseaux, le sélectionneur belge de l'équipe de France féminine de Volley-Ball est revenu à Clermont-Ferrand pour observer le travail du club et de ses joueuses françaises à quelques mois des Jeux Olympiques en France.

Il pourrait nous parler des heures de formation, d'éducation et d'ambition pour le volley-ball français. Émile Rousseau est un personnage qui sait dire les choses, même quand cela dérange et c'est rafraîchissant.

Le coach belge de l'équipe de France était en tournée en Auvergne la semaine du 5 février pour superviser quatre joueuses de l'équipe nationale qui composent l'équipe des Panthères : Halimatou Bah, Sabine Haewegene, bien parties pour faire les Jeux, Mahé Mauriat et Fatoumata Fanguedou. Car les Jeux de Paris 2024, c'est déjà demain !

Émile Rousseaux, qui devra composer un groupe de 12 joueuses (+ une réserviste) a déjà retenu ces quatre Auvergnates dans un groupe de 30 joueuses.

Il visite ainsi les clubs français qui jouent le jeu de la formation et du développement des joueuses tricolores comme Nantes, Marcq-en-Barœul et le VBCC donc contrairement aux grosses machines de la Côte d'Azur qui n'ont parfois aucune Française alignée sur le terrain...

Médaille d'or

« Incontestablement, la médaille d'or c'est Chamalières a avoué le sélectionneur. Je suis ravi de voir ce qui a été réalisé depuis ma dernière venue et de constater que Chamalières titille les play-offs. Cela bouge dans le bon sens. Il y a beaucoup d'atouts ici et le VBCC a la réputation d'être un tremplin vers le très haut niveau. Le prochain défi pour prendre de l'envergure est que Chamalières ne soit pas qu'un lieu de passage, mais il doit faire signer les filles plus longtemps. »

Aux Gravanches, il a aussi rencontré les intervenants de la Cité de tous les talents, un dispositif qui permet aux collégiens et lycéens de l'académie engagés dans un parcours sportif ou artistique de poursuivre leur triple projet (scolaire, sportif ou artistique et citoyen).

Le coach était déjà venu l'an dernier au VBCC bien avant que le club ne change de cap avec l'arrivée de Claude Michy, président de la SASP, pour s'occuper de la partie professionnelle et augmenter le capital du club rouge et noir, avec un budget de 1,2 million d'euros.

Il a pu voir l'évolution du staff et de ses structures avec ces matches organisés à la Maison des Sports.

« C'était de la maltraitance pour Atman (Toubani le coach) avant confiait Émile Rousseaux. Il avait plusieurs tâches à faire. Un an après je ne dirai pas que j'ai pris une gifle mais le staff a changé et la Maison des sports, c'est une autre dimension. »

Aujourd'hui, l'équipe peut rêver aux Play-off et est en demi-finale de la Coupe de France. Exceptionnel.

Haute cuisine

« Il y a ici des dirigeants qui ont un autre niveau que le niveau moyen des dirigeants en France en volley-ball féminin expliquait Émile Rousseaux. Mylène (Toubani), c'est quelqu'un de très haut niveau et j'ai bien pu percevoir que c'est la même chose pour Claude. Il y a des gens qui veulent faire des choses de qualité. Mais il faut des moyens, du réseau... Ici, il y a les produits de base pour faire de la haute cuisine ».

Louis Giscard d'Estaing, le maire de Chamalières et Christine Dulac-Rougerie, adjointe aux Sports à la Ville de Clermont, étaient également présents pour confirmer leur soutien.

Le pari était grand pour le VBCC comme pour Émile Rousseaux avec l'équipe de France féminine. Le projet « France 2024 » est commun avec les Bleues et le club et est un gage de réussite. 56e au rang mondial en 2019, l'équipe de France est entrée dans le Top 16 ! Cette saison elle va jouer la Ligue des Nations de Volley avec les meilleures pour se préparer à faire le maximum lors de « ses » Jeux Olympiques.

0 commentaires
Envoyer un commentaire