Clermont-Ferrand 14° C
jeudi 29 février

Dernier tour de piste pour le Trophée Andros

09h01 - 06 février 2024 - par Guillaume Bonnaure
Dernier tour de piste pour le Trophée Andros
Renaud Lavillenie félicite Romain Gioffre pour sa victoire. - © B. Bade, G. Sigaud 

Devant un public auvergnat venu nombreux à Super-Besse, les pilotes auto et moto ont communié une dernière fois avec les spectateurs. Après 35 ans, la plus grande compétition sur glace tire sa révérence mais laisse des kilomètres de souvenirs.

C'était la dernière séance, la dernière séquence, le rideau sur l'écran est tombé comme le chantait Eddy Mitchell. La 35e édition du Trophée Andros était la dernière ! La mythique épreuve de courses sur glace a tiré sa révérence. Sous un soleil de printemps, les 8 000 spectateurs de la dernière étape du dernier Trophée Andros ont savouré avec nostalgie les derniers tours de pistes, en bras de chemise pratiquement.

La fête fut belle et le public nombreux pour voir Sébastien Loeb, Renaud Lavillenie, Julien Fébreau ou bien sûr le motard riomois Romain Gioffre, qui s'imposait chez lui.

« Je rêvais de gagner ici pour la der des der, c'est fabuleux expliquait le motard. Il y avait un public de dingue, une ambiance de fou, c'était magique. C'était dur mais le matin aux essais j'avais fait la pole position et je savais que j'avais la vitesse pour être devant. Cela s'est bien passé. C'était particulier et c'est là que l'on se rend compte du réchauffement climatique. Oui on a roulé sur du bitume mais on avait tous les mêmes pneus et les mêmes clous. On était tous à égalité. »

Final de rêve pour Gioffre

S'il n'a pas détrôné Vivien Gonnet au classement général, le Riomois aux manettes de sa Gas Gas s'offre un succès de prestige « . Pour moi cela a été une fierté de courir sur le Trophée Andros. »

En élite Pro, Aurélien Panis remporte l'ultime titre du e-Trophée Andros, le 3e dans cette catégorie après ceux de 2020 et de 2023. Jean-Baptiste Dubourg se classe second au général. La lutte qui opposait Yann Ehrlacher et Dorian Boccolacci pour la dernière marche sur le podium tourne, grâce à sa victoire du jour, à l'avantage de Dorian Boccolacci.

Théophile Nael, 17 ans, finit 3e à Super-Besse devant Sébastien Loeb et Julien Febreau, journaliste à Canal + sur la Formule 1. 9e seulement de la course, le local Nathanaël Berthon finit 5e au général. Et le perchiste Renaud Lavillenie est dernier au général. En élite, Louis Gervoson (fils de Frédéric Gervoson patron d'Andros et cofondateur du Trophée avec Max Mamers) est titré en « Élite » devant Sylvain Pussier et Anthony Pelfrene. Margot Laffite échoue au pied du podium pour 5 petits points.

En AMV Cup, Romain Gioffre s'impose enfin chez lui devant Vivien Gonnet qui remporte le titre final devant l'Auvergnat et Noël Duvert. Les Auvergnats Kévin Maliges et Johan Nigon font 5e et 6e au général. On les reverra tous bientôt dans d'autres compétitions.

Capéo et Loeb populaires

Du côté de people, Claudio Capéo a été très demandé par le public pour faire des photos et signer des autographes. Il a même poussé la chansonnette, a capela.

L'Andros Battle, réservée aux influenceurs et créateurs de contenu, a été remporté par Antoine Bedu (Canal +) devant Tom Villa et Étienne Moustache. Ils pourront dire : « J'y étais, j'ai fait la dernière course du Trophée Andros. » Comme avant eux de grands champions ou des personnalités connues de tous.

Alors y avait-il de la tristesse à l'heure de baisser le rideau ? Sûrement pas...

« Il faut regarder tout ce qu'on a fait et pour une fois on va regarder dans les rétros expliquait Max Mamers l'un des organisateurs au micro de Canal +. On a toujours inventé de nouvelles choses pour que cela devienne un évènement incontournable. Il faut se réjouir de ce que l'on a fait et on en a fait des choses. J'ai arrêté ma carrière de pilote pour créer cet évènement et avec Frédéric Gervoson, on a organisé l'épreuve que nous aurions aimé gagner. Elle est à notre image. Amener la montagne et le Trophée Andros au Stade de France avec 700 tonnes de glace c'est un pari réussi. »

Et maintenant ?

Sur cette terre où l'automobile occupe une place de choix, il y a peut-être quelque chose à faire en été... Un Trophée sur l'asphalte ou pourquoi pas une étape de rallye...

« Le Trophée Andros ne s'arrête pas déclarait Max Mamers au Figaro. Ce n'est peut-être qu'une interruption... Qui sait ? Mais, force est de constater que notre matière première qui est la glace n'est plus au rendez-vous. Par rapport à la fin des années 1990, nous avons perdu 15 jours de froid et de neige au mois de décembre. C'est un fait. Le réchauffement climatique a accéléré une décision que nous n'osions pas prendre... Je pense que le nouveau cycle sera celui des voitures fonctionnant 100 % à l'hydrogène. Pour s'engager sur dix ans, il fallait l'assurance que la climatologie nous soit favorable. Ce 27 janvier, à Super-Besse il n'y avait pas de neige. »

Mais beaucoup de sourires et d'émotion.

0 commentaires
Envoyer un commentaire