Clermont-Ferrand 27° C
samedi 13 avril

Vols sur les chantiers du Puy-de-Dôme : pour les constructeurs c'est le problème de trop

05h52 - 22 janvier 2024 - par Info Clermont Métropole
Vols sur les chantiers du Puy-de-Dôme : pour les constructeurs c'est le problème de trop
Les baies vitrées sont brisées. Et il faut tout refaire...

Le secteur du BTP qui n'est pas épargné par la conjoncture économique et les hausses des prix des matériaux est impacté par un autre fléau : les vols sur les chantiers de construction de maisons.

Avant les vols de cuivre étaient monnaie courante mais aujourd'hui, les voleurs s'attaquent à des installations plus grosses. Chaudières, Pompe à chaleur, baignoire, carrelage, tuiles et même charpente... certains constructeurs de maison individuelle déplorent une montée en puissance de ces pillages sur leurs chantiers de construction.

« Une nuit, 8 maisons ont été fracturées avec les baies vitrées à changer, le matériel à reprendre se rappelle Sylvain Massonneau, directeur général de TradiMaisons et vice président en charge du métier de Constructeur de Maisons au Pôle Habitat FFB. C'est hyperdémoralisant pour les équipes, certains ne veulent plus venir, il y a eu une période sur Cournon c'était cauchemardesque. On a vécu une explosion des vols depuis juin 2022 et cela ne s'arrête plus. Cela prend des proportions inquiétantes pour la survie de notre entreprise. »

Pour voler ces éléments, il faut casser une porte, des fenêtres donc il y a à la fois le vol et les dégradations. « Sur un chantier, on nous a démonté toutes nos menuiseries explique Sylvain Massonneau. Sur une maison, les portes, les fenêtres, les baies vitrées, les portes de garage, tout était posé et en une nuit plus rien. »

Les professionnels payent une note de plus en plus salée. « Cela coûte cher et cela génère du délai qui peut aller de 8 à 12 semaines. Le client ne veut pas le savoir, il a une date de livraison dans le contrat. Ce n'est pas une clause exonératoire de responsabilité donc je repaye le matériel et je dois indemniser mon client pour le retard. »

Un phénomène qui s'est accentué avec la montée des prix des matériaux et des coûts de constructions.

« Chaque fois que la conjoncture se tend et que les entreprises ont des difficultés de trésorerie, elles vont se servir ailleurs que dans les négoces mais après cela diminue explique Sylvain Massonneau. Pendant le Covid aussi car les négoces et les grandes distributions étaient fermés donc ils venaient se servir sur le chantier. Mais là en 2022 avec l'inflation sur les matériaux de construction, cela a explosé. »

Le mal est encore plus profond car ce sont sans doute des entreprises qui viennent voler d'autres acteurs de la construction. « Je suis persuadé que ce sont des professionnels explique Sylvain Massonneau. Les professionnels ont fait des devis et au final ils voient que cela leur coûtera plus cher donc ils vont se servir sur nos chantiers. »

Vols de professionnels

« C'est un phénomène qui l'on voit partout explique Jean-Christophe Pagessse Président départemental du pôle Habitat de la Fédération Française du Bâtiment (FFB). Ce qui est encore plus choquant c'est que l'on peut imaginer que ce sont des entreprises du BTP qui commettent ces vols. Certains fournisseurs et artisans sont aussi volés dans leurs dépôts. Même les bases de vie des artisans et ouvriers sont dégradées gratuitement. »

Pour le constructeur de maisons individuelles clermontois, Riom, Cournon et Vic-le-Comte sont les secteurs où les vols sont les plus nombreux. Les lotissements qui concentrent beaucoup de chantiers sont les plus touchés.

« Ce sont des personnes très méthodiques. Quand on vous dépose toute la menuiserie d'un chantier, ce n'est pas un bricoleur du dimanche. Quand on nous vole des pompes à chaleur avec les systèmes de ventilation et les radiateurs, il faut s'y connaître et ils savent ce qu'ils font. »

Des plaintes ont été déposées en gendarmerie, un individu a même été repéré et sa plaque d'immatriculation communiquée aux forces de l'ordre, des images de vidéo surveillance ont été fournies à la Police mais pour le moment rien n'est fait pour endiguer ces actes.

« On nous fait des promesses de rondes, d'enquêtes...mais on reste le parent pauvre du système avouait Sylvain Massonneau. Tant qu'il n'y aura pas de drame humain, cela ne bougera pas. Et tôt ou tard, on le sent, un gérant d'entreprise sera excédé, il va dormir sur place avec un fusil sur un chantier, en dessouder un et là, cela fera bouger les lignes. Mais pas avant... Nous sommes excédés et les entreprises qui travaillent pour nous aussi. Même les sociétés d'intervention ne veulent plus intervenir car elles ont peur. On est démuni et les assureurs ne veulent plus entendre parler de nos vols. »

Sur 2023, une vingtaine de chantiers Tradimaisons ont été fracturés avec un montant des vols supérieurs à la rentabilité du chantier.

Indics

Sur les chantiers, les artisans ont des Pass permettant de passer d'un chantier A à un chantier B... « En novembre, nous avons changé ce pass. Instantanément, les vols s'arrêtent ou ralentissent. Dans leurs employés on sait que certains font des copies de la clé à leur copain. Hélas on ne peut pas trop sécuriser l'accès au chantier car cela rend trop complexe les interventions et on n'arrivera pas à honorer le rythme de nos chantiers. Même dans les magasins de négoces, il y a des gens qui donnent l'information sur nos commandes et les lieux de livraison... »

Numéros de série sur les chaudières et les PAC, produits préfabriqués qui ne peuvent pas être démontés ou affectés à un autre type d'ouvrage... les solutions existent mais elles sont compliquées à mettre en place et elles sont coûteuses. « Nous n'avons pas beaucoup de solutions regrettait Jean-Christophe Pagesse Président départemental du pôle Habitat de la Fédération Française du Bâtiment. Que ceux qui voient des choses n'hésitent pas à appeler le constructeur ou la Police. Tout le monde doit être vigilant. Ces vols rajoutent une difficulté au contexte et on n'en avait pas besoin. Les constructeurs comme les clients... »

0 commentaires
Envoyer un commentaire