Clermont-Ferrand 14° C
jeudi 29 février

Aurélien Rougerie : « J'espère ouvrir la voie »

13h03 - 09 janvier 2024 - par Info Clermont Métropole
Aurélien Rougerie : « J'espère ouvrir la voie »
Aurélien Rougerie a été accompagné par Transitions Pro pour cibler ses envies.

L'ancien capitaine de l'ASM Clermont Auvergne a arrêté sa carrière de joueur en mai 2018. Aujourd'hui dans le staff de Christophe Urios, il nous explique comment il a préparé son après carrière et a été accompagné par Transitions Pro. 

Après 19 ans de carrière, Aurélien Rougerie avait raccroché les crampons en mai 2018. « Roro » n'est pas resté bien loin des terrains de rugby et du stade Michelin.

Team Manager au sein du staff, l'ancien trois-quarts international n'a pas vraiment connu « la petite mort du sportif », ce vide qui touche beaucoup de compétiteurs après leur carrière.

« Je n'ai pas du tout eu ce sentiment mais c'est vrai qu'il y a des sportifs qui se posent des questions nous confiait-il. Ils ont besoin de se relancer. Les nouvelles générations sont un peu plus sensibles au double projet. Avec mes enfants, je fais ce que mon père a fait avec moi : s'il n'y a pas de résultats à l'école, il n'y a pas de rugby. Par contre sur la reconversion on ne peut pas forcer les gens... »

Si Aurélien Rougerie avait déjà assuré ses arrières en investissant dans plusieurs structures, il a quand même eu le besoin de se former et d'être accompagné par Transitions Pro.

Désirs

« J'ai suivi cette formation pour cibler ce que j'aimais faire et me projeter sur un éventuel projet ou métier qui pourrait correspondre explique Aurélien Rougerie qui supervise aussi l'aspect formation avec Didier Retière. Cela fait un peu entonnoir, cela s'affine, on te propose un certain nombre de métiers qui correspondent à tes qualités et à tes appétences. J'avais déjà entrepris des choses pendant ma carrière mais j'étais curieux aussi. Je me suis rapproché de Transitions Pro car je voulais me former au métier de manager général à Limoges au CDES (Centre de droit et d'économie du sport). Transitions Pro m'a bien aiguillé là-dessus. On est aidé, on a aussi des fonds de formation et l'on cotise que l'on soit employé ou employeur. Ils nous ont ouvert les yeux sur leurs domaines de compétences et ils ont de nombreux partenaires sur les organismes de formation. Ils pilotent tout ça. »

Et ce n'est pas seulement réservé aux sportifs professionnels... « Quand tu es sportif de haut niveau tu peux accéder à certaines voies mais si tu ne l'es pas, que tu veux changer de métier, tu peux accéder à différentes formations, il y a tous les métiers. Pôle emploi est aussi dans ces partenaires, comme l'ADPS, l'UCA... C'est vaste, il y a beaucoup de possibilités. »

Au CDES de Limoges, il a retrouvé Fulgence Ouedraogo et Jonathan Wisniewski d'autres rugbymen mais aussi d'anciens footballeurs comme Laurent Koscielny.

Vocations

Certains sont déjà en poste et souhaitent évoluer dans leur club ou repartir à un niveau moindre dans un autre club. Cela permet d'avoir une autre corde à son arc pour le futur.

Aujourd'hui, au sein du groupe de joueurs de l'ASM, les envies sont nombreuses. Bien sûr beaucoup veulent passer leur brevet d'entraîneur comme Sébastien Bézy ou Jules Plisson mais tous ne rebondiront pas dans le rugby. Rabah Slimani par exemple a été accompagné pour créer sa structure dans l'immobilier, Wesley Fofana qui a fait des études de kiné à Vichy aussi mais en dehors de Transitions Pro. Alexandre Lapandry est accompagné dans sa fin de carrière. Viktor Kolelishvili est lui déjà dans le sportif auprès des Espoirs de l'ASM.

« Leurs souhaits sont variés explique Aurélien Rougerie. Beaucoup sont intéressés par l'immobilier car ils peuvent placer de l'argent dans la pierre. Coiffeur, barber coiffeur, kinés, berger comme Arthur Iturria... on essaye d'utiliser toutes les structures et les acteurs du territoire pour pouvoir rayonner et envoyer des joueurs en entreprise et avoir des bons retours. »

Lucas Oudard, joueur espoir en 5e année d'ingénieur qui cherchait un stage à l'étranger dans l'industrie de la transformation énergétique, a trouvé un stage en Écosse.

Dans le club aussi, les employés se forment et se perfectionnent. Avec Transition Pro, il y a énormément de choses à développer et d'opportunités pour le club.

« On doit utiliser notre environnement économique non pas pour placer des mecs avec des passe-droits mais pour apporter une plus value à ces entreprises qui recherchent du personnel et des éléments avec des valeurs proches de celles de leurs structures » rappelait Aurélien Rougerie.

Grâce à Transitions Pro et aux acteurs locaux, des vocations naîtront peut-être au-delà d'une carrière de rugbyman.

« J'espère juste avoir planté une graine avouait Aurélien Rougerie. Les joueurs peuvent être fermés, se dire qu'ils gagnent bien leur vie, que cela ne les intéresse pas mais au moins on en a parlé... Cela peut les faire réagir. J'espère que je vais ouvrir la voie à d'autres sportifs et à l'omnisports. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire