Clermont-Ferrand 27° C
samedi 13 avril

Projet InspiRe : les professions libérales tirent la sonnette d'alarme

09h14 - 04 décembre 2023 - par Info Clermont Métropole
Projet InspiRe : les professions libérales tirent la sonnette d'alarme
L'UNAPL 63 demande de mettre en place une concertation, une trêve en décembre et une signalétique indiquant la meilleure façon d'accéder à leurs lieux de travail.

L'UNAPL (Union Nationale des Professions Libérales) et son président Jean-Pierre Brenas, ont adressé un courrier au maire pour dire leur « ras-le-bol envers les travaux du projet InspiRe qui paralyse les activités des professions libérales... »

Cette lettre a été diffusée à l'ensemble des professionnels libéraux clermontois via les Ordres et les organisations syndicales membres de l'UNAPL 63.

L'UNAPL est composée de trois grandes familles, santé (Médecins, infirmiers, chirurgien-Dentistes...), droit (avocats, huissiers, notaires...), technique cadre de vie (architectes, agents généraux d'assurances, consultants...). 5 000 personnes appartiennent à cette grande « famille ».

Elle veut faire entendre les voix des commerçants, artisans, autos-écoles ou ambulanciers qui rencontrent des difficultés dans l'exercice de leur métier.

« Nous ne sommes pas contre les travaux nous sommes contre la façon dont ils sont menés : dans la précipitation l'improvisation et la brutalité explique Jean-Pierre Brenas. Ne croyez pas ceux qui vous disent qu'il y a deux années difficiles... Il y en aura plus. C'est une transformation définitive et irréversible de la ville. Une décision brutale et définitive de chasser la voiture par asphyxie. Retards, absences, transports en communs défaillants, livraisons empêchées, coupures de courant... les travaux tous azimuts en ville engendrent des préjudices tant pour les professionnels que pour leurs patients. »

Baisse de la consommation

Le chiffre de 25 % de consommateurs en moins en ville depuis les travaux est avancé par l'UNAPL. Les transports ne compenseraient pas l'abandon de la voiture dans l'accès aux commerces.

« Les travaux dissuadent certains de venir dans mon cabinet dentaire explique l'ancien leader des Républicains clermontois. Ils ne veulent pas faire 1 heure de transport pour venir... Avec les travaux clients et patients ne peuvent pas se garer. Les conséquences sont graves. De plus en plus de professionnels libéraux envisagent de quitter la ville et de s'installer à l'extérieur. Faute de réponse et de prise en considération, ils devront inévitablement prendre des décisions irréversibles. Ils vont s'installer ailleurs. »

Une trêve en décembre ?

L'UNAPL 63 demande de mettre en place une concertation, une trêve en décembre et une signalétique indiquant la meilleure façon d'accéder à leurs cabinets, officines et bureaux notamment en utilisant les transports en commun et les deux roues, mais aussi la voiture lorsque cela s'avère obligatoire.

Mais aussi :

- La mise en place d'un « Caducée » spécifique pour permettre aux professionnels libéraux de maintenir leur service aux Clermontois à domicile,

- La mise en place de navettes électriques autonomes.

- Une politique spécifique en faveur véhicules propre

« Veulent-ils dépolluer la ville où bien leur combat ne serait pas plutôt idéologique avec cette obsession de mettre tout le monde dans les transports collectifs ? s'interroge Jean-Pierre Brenas. Car si le véritable but recherché c'est la dépollution alors il devrait être possible de circuler avec des 2 et 4 roues propres aux moteurs électriques ou hydrogène... »

L'UNAPL 63 a compris la nécessité de ces travaux mais voudrait un équilibre dans les modes de déplacements...

« On ne veut pas une ville modèle en matière de transports en commun, on veut une ville propre qui vive, sans idéologie ni discrimination. Les nouveaux transports en commun ne sont pas une fin en soi. Ils sont un des moyens. Un des moyens de bien vivre dans une ville non polluée. »

1 commentaires
  1. Guillaume, le 04 décembre 2023 à 10:51

    Les transports en commun ? Vous parlez des bétaillères dans lesquelles on est 100 000 par wagon ?

    Signaler un contenu illicite
Envoyer un commentaire