Clermont-Ferrand 25° C
lundi 24 juin

Avant les Jeux 2024, les écoliers d'Alphonse Daudet ont pu échangé avec des champions

06h52 - 04 octobre 2023 - par Guillaume Bonnaure
Avant les Jeux 2024, les écoliers d'Alphonse Daudet ont pu échangé avec des champions
Le recteur Karim Benmiloud, le personnel éducatif et les champions Alisson Gallien et Nicolas Valentim entourés des élèves de CE2.

Avant la Journée nationale du sport scolaire, le Recteur s'est rendu à l'école élémentaire Alphonse Daudet en compagnie de Nicolas Valentim, joueur international de rugby fauteuil et d'Alisson Gallien vice-championne du monde de tir au pistolet.

Le mardi 19 septembre, une classe de CE2 de l'école élémentaire Alphonse Daudet à Clermont-Ferrand a pu voir le dépassement de soi de près avec la venue de Nicolas Valentim, joueur de l'ASM, double champion d'Europe de rugby fauteuil avec l'équipe de France et d'Alisson Gallien, professeure d'EPS, vice-championne du monde de tir sportif au pistolet.

Après avoir fait leur pause active de l'après-midi (APQ, Activité Physique Quotidienne) composée de petits gestes d'assouplissement et de respiration terminée par l'exercice du Sumo, les élèves ont pu échanger avec ces champions sur différents thèmes.

Tout d'abord sur l'importance de faire du sport et de bien manger et boire, pour se sentir bien en classe comme en dehors. « Les pauses actives et le sport, cela me réveille avouait Mathis. Cela me permet de bien travailler. C'est utile pour me concentrer et bien comprendre les règles. » Pour Mayard, le sport « est comme une récréation. En classe quand on fait la pause active, on a l'impression d'être une équipe. »

Solidarité

Une équipe studieuse déjà imprégnée des valeurs de l'Olympisme. « J'insiste beaucoup en classe sur l'action en équipe, tout faire pour y arriver ensemble explique Alicia Viallevieille, l'institutrice. Les enfants n'hésitent pas à s'entraider et à demander de l'aide. J'appuie sur la solidarité. J'ai écrit d'ailleurs sur un tableau la devise de l'olympisme mais un peu adaptée : plus haut, plus fort et ensemble. »

Certains font de la boxe, de la gym ou de la natation mais l'école leur permet de faire un peu plus de sport. « Il faut multiplier les occasions de faire du sport » expliquait le recteur Karim Benmiloud.

La classe de CE2 d'Alicia Viallevieille a fait des Jeux olympiques et paralympiques un fil rouge pour l'année scolaire traités par le prisme des différentes matières. Ils ont réalisé une fresque sur les JO, découvert les pays du monde, et poursuivi l'apprentissage de la lecture avec le roman « Cours, Ayana ». Même les dictées sont en rapport avec le sport.

sUJETS

variés

« Les enfants ont tout de suite été intéressés par ce projet sportif explique Alicia Viallevieille. On va découvrir plusieurs sports, les continents, faire de la lecture avec des histoires sur le sport et du handisport, les œuvres d'art et les dictées traitant du sport. C'est très vaste. Avec les Jeux, il y a un grand projet à l'appui qui fait travailler l'interdisciplinarité, qui motive les enfants avec du concret donc on profite de cet évènement-là. »

Les élèves avaient plein d'autres questions, bien préparées, sans filtre : comment as-tu découvert le rugby fauteuil ? Combien as-tu de fauteuil ? D'où vient ton handicap ? Pourquoi le tir au pistolet c'est un sport ?

« C'est l'un de mes professeurs qui m'a fait découvrir le rugby fauteuil leur expliquait Nicolas Valentim, bientôt en lice aux JO. Ce sport m'a permis d'être plus autonome, de rencontrer des gens qui m'ont donné des conseils et j'ai eu la chance de voyager. »

Alisson Gallien, la championne de tir au pistolet leur a expliqué qu'être sportive de haut niveau demandait beaucoup de sacrifices. « Quand on n'est pas professionnel, il faut s'entraîner de 2 à 4 heures par jour après son travail. Le pistolet fait entre 1 et 1,5 kg, c'est assez lourd et physique quand on répète ce geste. »

La compétition, la convivialité et la fraternité, représenter son pays à l'étranger sont aussi des leviers passionnants pour persévérer dans le sport.

Puis les sportifs ont sorti des médailles de leurs poches, de différentes couleurs... Un moment unique pour les élèves.

« Si on peut donner envie aux enfants de faire du sport et qu'ils s'épanouissent là-dedans c'est bien expliquait Nicolas Valentim. L'année des Jeux, c'est important de découvrir des disciplines moins connues. Et surtout le sport permet d'être bien dans son corps et dans sa tête. »

La Journée nationale du sport scolaire a eu lieu le 20 septembre : dans les écoles, collèges et lycées, des manifestations sportives, ludiques et éducatives (démonstrations, cross, compétitions d'athlétisme, ateliers de sensibilisation) réunissaient les élèves, leurs professeurs, leurs parents et l'ensemble de la communauté éducative sur le thème de la célébration et de l'universalisme.

L'organisation des Jeux olympiques et paralympiques à Paris en 2024 est une occasion de porter les valeurs de l'olympisme. Cette mobilisation pour le sport et pour les valeurs qu'il véhicule a pour objectif de favoriser la réussite de tous les élèves ainsi que des futurs champions français de 2024.

0 commentaires
Envoyer un commentaire