Clermont-Ferrand 14° C
jeudi 29 février

Tiken Jah Fakoly : « Le reggae doit rester engagé, faire réfléchir et réveiller les consciences »

11h46 - 14 mars 2023 - par Info Clermont Métropole
Tiken Jah Fakoly : « Le reggae doit rester engagé, faire réfléchir et réveiller les consciences »
Le chanteur de Reggae Roots est heureux de retrouver ses fans auvergnats (© Nicolas Baghir).

Tiken Jah Fakoly terminera sa tournée et la promotion de son 11e et dernier album « Braquage du pouvoir » le jeudi 30 mars au Zénith d'Auvergne. Après Saint-Eloy-les-Mines l'été dernier, le chanteur ivoirien revient pour le plus grand plaisir de ses fans.

Quelle place a cet album dans votre carrière ?

Une place importante car pendant longtemps et depuis l'album « l'Africain », j'ai décidé d'ouvrir ma musique pour donner la possibilité à ceux qui n'écoutent pas de reggae de nous écouter. Car le message est tellement important qu'il était bon d'aller vers un nouveau public. « Braquage du pouvoir » est comme un retour au reggae roots, au style de mon début de carrière comme sur « Françafrique », qui était un coup de gueule. C'est en tout cas le retour que j'ai eu des fans. Cela m'a permis de me réconcilier avec mon public qui a bien sûr continué à écouter ma musique mais qui avait trouvé que je m'étais éloigné un peu. Mais c'était stratégique d'attirer un autre public vers nous pour pouvoir agrandir la famille. On a bien fait car quand on tourne on a un public multigénérationnel avec les petits enfants, des parents et des grands-parents.

Dans cet album on retrouve des chansons engagées ?

Oui c'est un album qui a des thèmes variés. Le reggae doit rester engagé. Les autres musiques peuvent faire danser mais le reggae doit faire réfléchir, doit réveiller les consciences. C'est un album bien accueilli en Afrique et par mon public occidental.

Cela résume votre univers musical et politique ?

Exactement. Cela fait un peu le bilan de tout ça. On est content car déjà lors de la première tournée, l'album avait été bien accueilli, les gens commençaient à chanter les morceaux une semaine après sa sortie. Je demandais au public de m'accompagner et tout le monde chantait.

Vous chantez avec des artistes francophones. Ce sont de belles collaborations ?

Toutes ces collaborations ont des petites histoires. Je me suis aperçu en rencontrant Grand Corps malade qu'il était fan, qu'il appréciait ma musique. Cela m'a permis de découvrir sa musique et un homme qui a une belle écriture, un bon flow aussi. Je suis très honoré de l'avoir avec moi. Dub Inc c'est notre deuxième collaboration après notre travail commun sur le premier album. On a décidé de remettre ça. Avec Amadou et Mariam c'est aussi notre deuxième collaboration. Ces associations ont une petite histoire. Chacun est venu pour renforcer le message en fonction du sujet. Pour qu'il soit bien entendu. Je suis honoré du choix de ces artistes.

Pour parler de l'Afrique, sur l'album on retrouve une chanson qui s'appelle « Beau continent » et une autre « Où est-ce que tu vas ? » Ce n'est pas une coïncidence...

Ce continent est très beau donc je demande aux jeunes où est-ce qu'ils vont ? Alors que nous avons de beaux pays. « Où est-ce que tu vas est fait un peu pour décourager les candidats à »l'aventure« . Ils gagnent un peu d'argent en Europe mais ils n'ont pas la belle vie qu'ils espèrent avoir. Il faut réfléchir plusieurs fois à la traversée de la Méditerranée. Elle n'est pas facile, beaucoup y laissent leur vie. C'était important.

Vous avez beaucoup voyagé et échangé dans votre carrière. Comment vous voyez ces 25 ans de musique ?

Le bilan, je pense qu'il est positif (sourires) avec 4 disques d'or et un tour du monde presque. Car je suis allé dans de nombreux pays. Je viens du nord ouest de la Côte d'Ivoire c'est là que j'ai commencé. Il n'y avait pas de télé, pas de radio et aujourd'hui je me retrouve à jouer au Zénith, à l'Olympia ou à l'Apollo à New-York. Le bilan est positif, j'ai beaucoup de chance, je suis très heureux car cela fait une belle carrière.

Qu'est-ce que l'on pourra voir sur la scène du Zénith ?

J'ai toujours de bons souvenirs de Clermont car la Coopérative de mai, c'est l'une des salles où j'ai le plus joué en France. À chaque tournée je suis passé là-bas, je me souviens encore de la loge. Il faut s'attendre à un grand concert et surtout à un répertoire rodé car nous avons joué cet album sur la première tournée. Là nous arrivons, c'est rodé c'est dans la poche donc ce sera encore mieux que la première tournée. Je suis heureux de revenir dans cette ville qui m'a toujours bien accueilli et de retrouver mes fans. J'espère que tout le monde sera en bonne santé et que l'on pourra danser et chanter.

Billetterie sur www.arachnee-concerts.com

0 commentaires
Envoyer un commentaire