Clermont-Ferrand 9° C
mercredi 01 février

Olivier Bianchi : « Être un maire protecteur »

07h56 - 24 janvier 2023
Olivier Bianchi : « Être un maire protecteur »
Olivier Bianchi : « C'est une réalité, la Ville mesure bien que la montée de l'insécurité est très forte alors que nous étions un territoire pacifié. »

Le 17 janvier, le maire de la Ville et président de la Métropole a exprimé ses voeux à la presse locale. L'occasion d'évoquer de nombreux sujets d'actualité comme l'urbanisme, la sécurité, l'environnement et la culture.

Ses vœux

« Je réaffirme mon soutien à la presse et la liberté de la presse et d'expression et à son rôle fondamental dans notre société. Il y a une fracturation jamais atteinte de la société avec des difficultés sociales qui s'aggravent fortement et des tensions qui vont émailler les prochains mois. Une crise vis-à-vis des élites qui n'est pas toujours exemplaire. Le fossé se creuse, on ne croit plus à la parole des expertises, cela nourrit le populisme. Il y a un combat à mener sur la vérité et la liberté d'expression. Pour 2023, il faut être tous ensemble enthousiastes face aux emmerdements, généreux face aux méchants et unis face aux tempêtes extérieures. Il doit y avoir des intelligences collectives qui vont dans le sens de l'intérêt général et de la démocratie. »

La sécurité

« C'est une réalité, la Ville mesure bien que la montée de l'insécurité est très forte alors que nous étions un territoire pacifié. Elle est fortement liée au trafic de drogue qui devient de plus en plus violent avec des comportements insupportables. Les Clermontois ont peur, ils peuvent l'être quand on voit la gangsterisation des réseaux dans certains quartiers même s'il faut faire la différence avec les faits sociaux. Il faut renforcer la coopération entre les services de l'État et les services de la Ville, entre la Police Nationale et la Police Municipale. Il faut que les stups mettent aussi la pression sur ces réseaux et que la réponse pénale soit plus sévère et je me réjouis que la nouvelle procureure soit dans cet état d'esprit. Car il n'est pas possible d'observer les problèmes que nos concitoyens ont au quotidien. Cette réponse pénale dure est bienvenue. Il y a trois phénomènes préoccupants : la drogue, les cambriolages sur la Métropole et les violences intrafamiliales et celles faites aux femmes. Voilà les trois axes sur lesquels nous portons nos efforts en plus de la sécurité dans les transports publics. »

Garder le cap

« Nous sommes assurés d'une vision pour la Métropole, la vision que j'ai eue en 2014. Il faut continuer à suivre ce cap de la capitale de la culture, d'harmoniser ce grand centre régional sans être ni pour la décroissance, car on a besoin d'emploi, et en même temps on ne peut pas rester immobile et ne pas préparer les grands enjeux de demain : l'énergie et les mobilités. Nous faisons de l'écologie de structure. Elle ne m'apporte rien à part des soucis, cela crée des trous partout mais je suis sûr que j'ai raison. Je veux protéger les plus fragiles avec le CCAS. Le maire doit être le plus protecteur possible dans cette situation tendue. Je veux être un maire bouclier, que la communauté dont j'ai la responsabilité, celle de la Métropole, se sente ici le mieux possible sécurisée, protégée, accompagnée et considérée. C'est mon travail. Nous voulons un endroit qui se pacifie pour les années qui viennent. »

Végétalisation

« Il y a deux domaines importants. On va construire de grands parcs et on va bientôt dévoiler des dessins de ce que seront les futurs parcs de Saint-Jacques et celui de Saint-Jean. Il y aura donc 17 hectares d'espace vert et il ne faut pas dire que l'on ne fait rien en matière de végétalisation. C'est plus que ça, c'est de la débitumisation de la ville. Il y a des dizaines d'endroits où l'on peut remettre de la pelouse comme sur la Place de Jaude. Ce sont des petits lieux mais cela permet de faire chuter les températures. Jaude va être exemplaire car l'on va planter des plantes le long des voies où il y avait des stabilisés. »

L'énergie

« Si on veut faire une transition écologique pour notre territoire métropolitain, il faut s'attacher aux deux sujets les plus polluants : l'énergie et les transports. L'énergie, il faut être souverain et que cela ne coûte pas un bras aux gens. Les transports car la pollution et les maladies qui vont avec viennent de l'usage massif de la voiture sur notre territoire. Il y aura 24 kilomètres de pistes cyclables ! Ce sont des travaux lourds, qui coûtent beaucoup d'argent et qui demandent des grands chantiers que l'on n'inaugure jamais. On en voit que les inconvénients. Les gens sont agacés mais ils oublient dix ans plus tard que s'ils n'ont pas de gaz russe qui coûte très cher, c'est qu'ils ont la chaleur de l'incinérateur et que des élus ont pris des risques vingt-ans avant pour faire des chantiers et se faire engueuler au quotidien... Il y a donc deux projets : 50 millions d'euros sur la transformation des eaux usées en bio gaz et les grands réseaux de chaleurs. Personne n'en parle, même nous, même les écolos, mais c'est très important ! »

Clermont 2028

« Le dossier est de qualité. Le premier mars, nous aurons le grand oral. J'irai accompagné du président du festival du court métrage, de Claude Barbin le président de la CCI ou de mon amie Claude Chirac qui défendra la dimension géographique du projet. J'espère que l'on sortira parmi les finalistes. Après, on devra faire un nouveau document dans lequel on rentrera dans les détails budgétaires. Cela va devenir sérieux. Ensuite, il y aura un nouvel oral au mois de novembre. On saura à la fin de l'année si on est la Capitale européenne de la culture pour le Massif Central. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire