Clermont-Ferrand 23° C
mardi 04 octobre

Alena Nyri, étudiante ukrainienne, débute une Licence à l'UCA 

06h25 - 22 septembre 2022
Alena Nyri, étudiante ukrainienne, débute une Licence à l'UCA 
Alena Nyri (2e en partant de la gauche), lors de la célébration de la Fête de l'Indépendance sur la Place de Jaude, le 24 août.

Depuis six mois, certains étudiants ont quitté l'Ukraine pour venir s'installer à Clermont-Ferrand avec l'ambition d'y démarrer des études universitaires. C'est le cas d'Alena Nyri, qui a effectué sa rentrée à l'UCA en Licence d'Anglais.

Cela fait six mois qu'Alena Nyri a quitté l'Ukraine suite au début de l'invasion russe sur le territoire ukrainien. À 19 ans, la jeune femme est partie de Kiev et réside désormais dans un appartement avec sa mère à proximité de la Place de Jaude.

En très peu de temps, son apprentissage du français s'est déroulé au Centre FLORA qui propose des cours de français en langue étrangère et qui est un dispositif mis en place par l'UCA pour faciliter l'intégration des étudiants étrangers.

« Apprendre le français est devenu une nécessité et une obligation » précise-t-elle. Avant de rejoindre la France, il n'était pas envisageable de consacrer un apprentissage de cette langue, qui s'est alors forcé par le destin.

Rêves

« Rejoindre Clermont-Ferrand s'est fait un peu par hasard » déclare Alena Nyri mais en précisant que des amis du compagnon de sa mère sont français et ont pu les héberger au tout début pas très loin de la capitale auvergnate. En ne pensant pas que l'invasion russe en Ukraine allait perdurer, Alena Nyri s'est donc plongée dans le modèle universitaire français en intégrant une Licence d'Anglais.

Aujourd'hui, Alena Nyri est très contente d'étudier à Clermont-Ferrand en étant bien entourée par les professeurs de l'UCA et surtout Cécilia Brassier, Chargée de mission Politique d'intégration universitaire des réfugiés, qui lui est d'une aide très précieuse pour la guider dans cette nouvelle vie en France. Comme les autres étudiants de sa promotion, elle a réalisé sa rentrée universitaire début septembre.

D'autres personnes venant d'Ukraine ou ukrainiens résidant en France ont pu faire sa connaissance avec notamment un moment fort en émotion qui a rassemblé le peuple ukrainien de Clermont-Ferrand lors de la célébration de la Fête de l'Indépendance sur la Place de Jaude, le 24 août.

Sa Licence d'Anglais est une formation qui lui convient bien car elle souhaiterait se diriger vers le métier de journaliste qui est l'un de ses objectifs depuis son enfance déclare-t-elle. « Ce rêve risque d'être compliqué en France à cause de l'usage du français » confie Alena Nyri. Pourtant son français est bien maîtrisé en à peine six mois. De quoi ouvrir peut-être des perspectives durant sa première année universitaire en France !

0 commentaires
Envoyer un commentaire