Clermont-Ferrand 23° C
mardi 28 juin

Baptiste Ventadour : pour la beauté du geste et de la chanson française

11h47 - 14 juin 2022
Baptiste Ventadour : pour la beauté du geste et de la chanson française
Baptiste Ventadour, ici place de Jaude, a sorti un nouvel opus et sera en tournée dans la région. - © Guillaume Bonnaure

À 23 ans, Baptiste Ventadour sort son premier album « Pour la beauté du geste ». Le Corrézien, installé à Clermont depuis plusieurs années prépare une tournée d'été qui passera par Châtel-Guyon et Herment. Portrait.

Vous l'avez peut-être déjà croisé dans les rues de Sarlat ou de Clermont-Ferrand, guitare douze cordes à la main... Baptiste Ventadour sera maintenant sur scène pour présenter son premier album « Pour la beauté du geste », sorti le 20 mai. Une dizaine de dates sont déjà programmées partout en France.

Originaire d'Ussel, le jeune chanteur est installé à Clermont-Ferrand depuis trois ans. Il partira à la rencontre du public auvergnat le 19 juillet à l'occasion du festival On Connaît la Chanson de Châtel-Guyon et à Herment le 20 août pour la fête de la Saint-Roch. Baptiste rejoindra même Les Étoiles, à Paris le 11 octobre et le Sémaphore de Cébazat à l'automne.

UN ARTISTE ENGAGÉ

À seulement 23 ans, Baptiste ressent déjà l'angoisse du temps qui passe. « C'est un sujet qui revient très souvent dans mes chansons. »

Le titre « À cette étoile » raconte l'histoire d'un « mec perdu, qui a peur qu'à la fin de sa vie il regrette de n'avoir rien fait, de ne pas avoir fait les bonnes choses ».

Dans un autre registre, « Que reste-t-il », engagé sur l'enjeu climatique, évoque la crainte du futur vis-à-vis de l'environnement et la multiplication des catastrophes climatiques. ... En bref, la peur de l'avenir.

« Moi tous les jours je me dis qu'il est possible que je n'atteigne pas par exemple la soixantaine, avoue Baptiste Ventadour. On est dans une période très particulière : la guerre, le climat, le covid. On pensait tous que ce n'était pas possible... »

L'ÉCOLE DE LA RUE

L'histoire a commencé alors qu'il n'avait que 13 ans. Inspiré par le guitariste et chanteur australien John Butler, baigné par Nirvana ou encore Jacques Brel, Baptiste a appris à jouer de la guitare à douze cordes avant de se mettre au chant.

« À la base je ne chantais pas très bien, plaisante l'artiste. En fait il y avait un petit groupe de lycée et il manquait un chanteur. Je m'y suis mis mais c'est vrai que ce n'était pas foufou. J'ai appris sur le tas. »

Quelques années plus tard, Baptiste Ventadour a tout lâché pour se consacrer à la musique.

À 18 ans, l'ancien étudiant dans le cinéma, est descendu pour la première fois dans les rues de Sarlat, en Dordogne, pour chanter avec sa guitare.

« La réaction du public était vachement bien, c'était chouette. Il y avait des inconnus qui s'arrêtaient pour m'écouter, ça m'a vraiment encouragé. »

Les Clermontois ont aussi pu l'entendre place de Jaude où il avait l'habitude de jouer. Avec le recul, Baptiste peut maintenant dire que la rue « c'est une très bonne école parce que ça te pousse à exploiter tout ce que tu peux faire et à faire évoluer ton projet ». Cette première expérience musicale a d'ailleurs fait l'objet de la chanson Dans la rue, écrite par Grand Corps Malade.

Le chanteur estime qu'il a eu « la chance de croiser des gens ». Baptiste Ventadour a poursuivi son chemin aux côtés de Soan, de Claudio Capéo ou encore du groupe Eiffel avec lesquels il est parti en tournée avant de se lancer en solo sur la scène musicale française.

SCÈNE CLERMONTOISE

Pour en arriver là, Baptiste a suivi les pas des artistes clermontois. Le rappeur The Doug, la chanteuse Morgane Imbeaud ou encore Denis Clavaizolle chez qui il a enregistré ses premiers morceaux ont été des piliers. « Il y a une vraie scène clermontoise je trouve, très éclectique. »

Le chanteur du groupe Païaka, Spelim, a été l'un de ses premiers modèles. « Il m'a beaucoup aidé au tout début. Je me souviens qu'il faisait partie des mecs que j'appelais pour demander des conseils quand j'avais 17 ou 18 ans ». Les deux artistes devenus amis sont même partis au Printemps de Bourges ensemble.

Aujourd'hui, l'artiste originaire d'Ussel prépare déjà un deuxième album. « J'ai écrit pas mal de chansons déjà. J'ai du mal à m'arrêter, j'aime pas du tout le vide. »

Instagram : @baptiste_ventadour Twitter : @b_ventadour Facebook : baptisteventadourmusique

0 commentaires
Envoyer un commentaire