Clermont-Ferrand 23° C
mardi 28 juin

ASM : une soirée d'adieux pleine de nostalgie

17h42 - 13 juin 2022 - par
ASM : une soirée d'adieux pleine de nostalgie
Jean-Pierre Romeu et Morgan Parra, deux monuments de l'ASM (© GB).

Le 5 juin dernier, après la victoire contre Montpellier, plusieurs membres et joueurs de l'ASM disaient au revoir au club. Comme Morgan Parra, qui rejoindra le Stade français après 13 saisons passées en jaune et bleu et Camille Lopez.

Avouons le : si le stade Marcel Michelin affichait presque complet pour le dernier match de la saison contre Montpellier, c'était moins pour l'enjeu sportif que pour saluer les « héros » qui quittaient le club.

Clermont a gagné et décroché son billet pour la prochaine Champions Cup, mais ses supporters ont perdu de sacrés bonhommes. Et sa charnière emblématique composée de Morgan Parra, 13 saisons au club et de Camille Lopez, 8 saisons.

Cette soirée empreinte de nostalgie avait commencé par la visite des champions de France 2010 sur la pelouse avant le match. Canale, Privat, Bardy, Malzieu, Floch ou encore Brock James, ils étaient tous là sauf les étrangers lointains (Nalaga, Joubert, Cudmore, Ledesma...) pour soutenir leur numéro neuf.

Pendant 13 saisons, Morgan Parra aura été de tous les titres de l'ASM et de toutes les campagnes européennes. Des finales, des grands matches, il n'en aura pas manqué beaucoup. Ses mauvaises performances se comptent sur les doigts d'une seule main et quand il fallait mettre de l'ordre dans la maison, il était là.

Place des grands hommes

Leader, buteur, compétiteur puis capitaine, il a incarné l'ASM comme Aurélien Rougerie en son temps.

« J'ai préparé un petit discours pour n'oublier personne avouait Morgan Parra. Je remercie tous les joueurs sans qui je n'aurais pas pu performer. La Yellow Army et la direction du club. J'ai vécu treize ans ici, de très belles choses, j'ai eu la chance de vivre des titres. J'ai connu un stade magnifique, avec un public derrière, c'est top de finir comme ça. C'est une page qui va se tourner. J'ai connu des hauts et des bas mais ce que je retiens c'est le soutien de ce public exceptionnel. »

Camille Lopez, champion de France en 2017, vice-champion d'Europe 2015 et 2017 a aussi marqué les dernières années de l'ASM par son talent et sa gouaille. Avant de rejoindre Bayonne, il tenait à adresser un petit message.

« On a passé de belles années ici en Auvergne avec ma famille. Je remercie tout le monde, tous les joueurs avec qui j'ai joué, le service administratif et ces supporters formidables, mais aussi le staff sportif, Franck Azéma qui m'a fait venir ici et Jono Gibbes qui va faire du bien au club. Et ma femme qui m'a toujours soutenu. On est arrivés tous les deux à Clermont et on repart à cinq avec nos trois enfants nés ici. »

Bien sûr on n'oublie pas le kiné Raphaël Aubin, au club depuis 2011, Thierry Fraisse et les autres joueurs qui partent comme JJ Hanrahan, Kutaro Matsushima, Bastien Pourailly, Clément Lanen, Sipili Falatea, Tani Vili ou encore Peni Ravai.

Une page se tourne à l'ASM. La banda de Cournon ne s'y est pas trompée en jouant le Vino griego, l'hymne de l'Aviron bayonnais avant le discours de Camille Lopez.

En musique, les adieux sont toujours plus faciles à encaisser.

0 commentaires
Envoyer un commentaire