Clermont-Ferrand 5° C
mercredi 30 novembre

Didier Retière : "Un challenge important pour remettre l'ASM là où elle doit être"

09h20 - 19 avril 2022
Didier Retière :
Champion du monde avec les Bleuets en 2006 à Clermont, Didier Retière vient relever un nouveau challenge (© Guillaume Bonnaure).

Finaliste du Mondial 2011 avec les Bleus, ancien Directeur Technique à la FFR, Didier Retière est aujourd'hui Directeur du développement sportif de l'ASM CA pour insuffler une nouvelle dynamique dans le club.

Comment se passent ces premières semaines dans votre nouvel environnement ?

Avant de quitter la FFR, j'ai travaillé de manière partielle mais là j'attaque ma troisième semaine en étant dans le vif du sujet. Cela se passe bien. Il y a un côté intéressant et en même temps difficile car j'arrive en pleine saison. On a l'impression de monter en marche dans un train mais cela me permet d'être dans le bain tout de suite et commencer à préparer la suite. Cela fait un moment que je suis dans la vision de la saison prochaine et de celle qui suit. Mon job, c'est de construire le moyen terme.

Quelles sont vos relations avec Jono Gibbes et le président Jean-Michel Guillon ?

On échange énormément, on a les mêmes valeurs avec de vraies convergences sur l'image et nos volontés pour ce club. Jono est dans le quotidien de l'équipe, dans une saison longue et difficile. J'essaye de lui donner un coup de main du mieux que je peux. On travaille tous les trois sur les deux prochaines saisons.

Comment aide-t-on Jono Gibbes qui lui a connu une période faste ?

Le constat global est que nous nous trouvons au bout d'un cycle de succès. Ce qui semblait normal et naturel il y a quelques années ne l'est plus. On l'a vu contre Leicester, nous avons une équipe en reconstruction, nous ne sommes pas dans les sommets. Il y a une détermination collective pour relever un challenge important et remettre l'ASM là où elle doit être. C'est pour ça que je suis venu. C'était un challenge. Il y a vraiment un sens à ma mission et je ressens une grande attente du public et en interne. C'est motivant, il y a un peu de pression mais c'est comme ça que l'on avance. J'ai plutôt l'âme d'un bâtisseur, c'est ce que j'ai fait à la FFR pour faire monter en compétence les joueurs et les jeunes entraîneurs. C'est ça qui m'intéresse.

Il faut retendre le lien entre Espoirs et professionnels ?

On travaille sur le recrutement, le fonctionnement autour de l'équipe pro et le centre de formation. Comment on fluidifie tout ça pour être plus performant ? Il y a tout un travail avec l'ASM omnisports pour avoir une vraie convergence dans les deux sens avec un partage de l'exigence et du travail entre les deux structures mais aussi des valeurs et l'esprit du club. Nos supporters ne voient qu'une seule ASM. Ça, il faut le faire vivre. Le fait que ces deux structures se soient séparées a provoqué un problème de fonctionnement. En ne voulant pas affronter les problèmes du quotidien, on a créé des problèmes plus importants. Mon job c'est d'affronter les problèmes pour que le club soit plus fort.

L'ASM attire-t-elle toujours autant les jeunes des autres régions ?

L'image du club est encore forte mais c'est aujourd'hui qu'il faut agir pour que l'ASM soit dans la meilleure situation possible. Avant c'était une tradition locale mais la politique des JIFF renforce cette concurrence car tous les clubs basculent dans cette formation française. Si la dynamique qu'il y avait à l'ASM n'est pas relancée, on sera juste au niveau des autres. Il faut avoir une vraie culture du territoire. Henzo Kiteau qui va en prêt à Aurillac, c'est un bon signe. L'ASM a besoin de travailler avec son territoire, d'avoir un Aurillac fort, un Nevers fort car ensemble on pourra être plus performant. C'est une volonté du président et de Jono d'avoir des liens privilégiés avec les clubs qui nous entourent. C'est Issoire, c'est Riom, c'est Vichy, c'est Roanne... C'est cette grande région que l'on a besoin d'aider pour qu'eux aussi nous aident.

Et le recrutement des joueurs leaders ?

Les leaders, il faut aussi les aider à émerger. Il faut rebâtir un groupe, c'est une alchimie compliquée et il faudra un peu de temps. Les jeunes sont là, il faut qu'ils s'aguerrissent comme Benjamin Boudou, Daniel Bibi Biziwu, Killian Tixeront ou Gabin Michet. Et il y en a d'autres qui vont arriver. Il faut se laisser du temps pour sortir des potentiels à tous les postes et travailler sur la qualité plus que sur la quantité. Mais il y a une dynamique à l'ASM, tous les gens du club ont la même vision.

0 commentaires
Envoyer un commentaire