Clermont-Ferrand 4° C
jeudi 20 janvier

Romain Gioffre : la moto dans la peau

17h10 - 11 janvier 2022
Romain Gioffre : la moto dans la peau
5e à Val Thorens, le Riomois Romain Gioffre, tentera de briller devant sa famille (© Facebook R. Gioffre).

Le Trophée Andros, il ne le manquerait pour rien au monde. Le Riomois Romain Gioffre, de l'équipe Artense MC s'élancera une nouvelle fois sur la glace de Super-Besse sur sa KTM 450. Là-haut, il est un peu à la maison.

Romain Gioffre a la moto dans le sang. La mécanique et tout ce qui va avec. C'est dans l'ADN de la famille.

« Depuis tout petit je suis dans le monde de l'automobile ou de la moto explique-t-il. Mon père était un passionné, mes frères aussi. Je suis le dernier de la famille alors j'ai suivi aussi ce chemin. Je fais de la moto depuis l'âge de trois ans : j'ai d'abord fait du moto-cross jusqu'à l'âge de 18 ans avant de pousser plus loin. »

Et après, tout est allé très vite pour ce pilote doué. « Une fois que j'ai eu mon permis moto, mes parents m'ont offert une moto d'enduro. Je suis parti au championnat de France d'enduro. »

Le Riomois Romain Gioffre décroche une deuxième place dès la première année dans le championnat national et termine 5e aux championnats d'Europe.

Il a aussi marqué des points au championnat du monde il y a une dizaine d'années.

« J'ai fait toutes les courses extrêmes organisées par Redbull précise-t-il. Nous étions 2000 au départ et je finis 17e sur des courses difficiles. »

le déclic à Isola 2000

Et puis un jour, il a été saisi par la glace comme beaucoup. « J'ai eu l'opportunité de faire une course sur glace à Isola 2000 en 2011. Cela m'a plu et l'année d'après je me suis inscrit. Aujourd'hui, cela fait plusieurs années que je participe. »

La moto bien sûr c'est sa passion mais dans ce milieu, on ne s'interdit rien. « Je fais de la moto au Trophée Andros mais grâce à Claude Michy j'ai eu la chance d'essayer une petite voiture électrique à Super-Besse que Renaud Lavillenie conduit aussi. Avec L'équipe 21, j'ai essayé la grosse voiture thermique avec les quatre roues motrices et directrices. Benoit Treluyer qui a fait les 24 heures du Mans a pris ma moto et j'ai pris sa voiture pour faire un petit challenge sympa... »

Sur le Trophée Andros, l'AMV Cup réunit tous les motards « givrés » en quête de sensations fortes. 19 motos, 15 pilotes, 4 invités, c'est un rendez-vous incontournable de la saison pour les deux roues.

Avec 248 clous sur le pneu arrière et 220 sur le pneu avant, les motos de l'AMV Cup sont impressionnantes. Ces motos d'enduro de 450 cm3 sont préparées pour rouler sur la même glace que les bolides du Trophée Andros. De quoi motiver Romain Gioffre.

« Le circuit est chouette, il est bien préparé. Claude Michy fait le maximum pour que l'on ait une piste au top. J'ai réussi à faire des podiums là-haut. On aime bien avoir une glace dure. Plus il fait froid mieux c'est car les clous peuvent rentrer dans la glace. Ils arrosent la piste avant pour avoir un maximum de glaces. Ce sont des manches de 10 minutes. C'est très rapide mais on est gelés. »

Avec ses partenaires Dafy Moto, AL Industries et son garage Renault de Riom, Romain Gioffre se régale toujours dans la course sur glace, encadré par l'équipe voiture DRP (Ducastel Race Performances) avec Olivier Panis, pour mieux aborder la compétition.

5e de la première épreuve à Val Thorens sur 22 motos, Romain Gioffre est encore très compétitif malgré ses activités professionnelles. « Je cours pour le plaisir mais quand on met le casque et que le feu rouge passe au vert, on y va, c'est quand même l'esprit de compétition qui revient pour mes partenaires comme pour moi. On y va pour faire le meilleur résultat. »

Comme chez-lui

Là-haut il évolue un peu à domicile aussi... « Déjà les partenaires montent, ma famille aussi et ma belle-famille est originaire de Besse. Je me suis marié à Besse, le maire est un cousin à ma femme. Cela me tient à cœur, je roule devant le public auvergnat et c'est un plus. »

Romain Gioffre n'oublie pas le côté convivial de l'épreuve qui se déroule dans une atmosphère particulière, aux côtés de ses potes.

« Je suis très ami avec Nathanaël Berthond, avant on était dans la même équipe se rappelle Romain. C'est mon troisième enfant, il est tout le temps à la maison. On se retrouve là-bas, on échange sur la course pour être le plus performant possible, notamment sur la pression des pneumatiques. Nous ne sommes pas avares de bons conseils... »

Comme Johan Nigon, lui aussi originaire du nord de Clermont, qui a préparé sa saison d'endurance en Superstock (STT), en prenant le départ de deux étapes du Trophée Andros en AMV Cup, à Serre-Chevalier et Val Thorens avec sa Honda 450, il porte hauts les couleurs de l'Auvergne.

Johan Nigon a d'ailleurs obtenu des résultats intéressants pour une première participation. Et on n'oublie pas son frère aîné, Erwan, un habitué des podiums aux 24 heures du Mans moto. Ils font tous honneurs à la ville de Riom.

Avec son numéro 63 dans le dos, Romain Gioffre sera le digne représentant du secteur, loin de la plaine mais toujours proche des sommets.

0 commentaires
Envoyer un commentaire