Clermont-Ferrand 6° C
mardi 30 novembre

Jean-Marc Lhermet : « La réussite des JO de Paris sera bénéfique pour tout le monde »

12h00 - 06 novembre 2021
Jean-Marc Lhermet : « La réussite des JO de Paris sera bénéfique pour tout le monde »
Jean-Marc Lhermet est près pour élever le sport olympique français. @JP Boithias

L'ancien joueur et dirigeant de l'ASM CA a commencé un nouveau challenge auprès de Claude Onesta et de l'Agence Nationale du Sport. Son objectif : que le sport français brille aux prochains Jeux Olympiques et Paralympiques.

Jean-Marc Lhermet est un homme de défis. Sous le maillot ou à la tête de l'ASM c'était déjà le cas.

Après avoir épaulé Florian Grill dans sa candidature à la présidence de la Fédération française de Rugby et développé plusieurs formations permettant aux sportifs de mener un « double projet », l'ancien troisième-ligne va travailler avec Claude Onesta pour permettre aux sportifs français de performer sur les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques de Pékin 2022 et surtout de Paris 2024.

Aujourd'hui, il se partage entre Clermont et Paris et vient de tourner une longue page de 34 années avec le club jaune et bleu.

« savoir tourner
la page »

« J'ai beaucoup échangé avec le président Jean-Michel Guillon sur la vision du club à l'avenir. On a bien discuté. Mais quand j'évoquais mon avenir dans ce projet, il y avait du flou, ce n'était pas très clair. Je réfléchissais à ma fonction depuis quelque temps puis on a décidé que la meilleure solution était de tourner la page. J'étais très lié à René Fontès, nous avions construit beaucoup de choses ensemble. Il y a eu les départs de Sébastien Bourdin, de Franck Azéma... Un moment, il ne faut pas rester pour rester, il faut savoir tourner la page et construire sur des bases nouvelles. »

Après sa longe aventure à l'ASM, il a vite rebondi. Jean-Marc Lhermet n'a pas eu le temps de trop cogiter...

« Quand l'aventure s'est terminée avec l'ASM, je n'avais pas de projet précis, je voulais me poser pour prendre le temps de la réflexion et trouver un projet qui me fasse vibrer, qui m'anime quelque temps. C'est allé plus vite que prévu, Claude Onesta m'a contacté. »

L'ancien coach de l'équipe de France de handball est désormais patron de la Haute performance à l'Agence Nationale du Sport, qui regroupe les acteurs du sport français comme le CNOSF, gère la dynamique du sport français.

« Pour briller mondialement, il fallait une approche spécifique sur cette dynamique-là en prévision des JO de Pékin et de Paris explique Jean-Marc Lhermet. C'est un challenge dont l'obligation de réussir va au-delà des sphères sportives. Après les JO de Tokyo, la marche est assez haute. »

Le but de cette entité et l'épanouissement du sportif, la mise dans de bonnes conditions de travail. Pékin c'est demain mais l'ANS veut travailler sur les sportifs potentiellement médaillables aux JO de Paris.

Solliciter les clubs pros

« Même si le sport collectif français a permis de terminer sur une bonne note, tout le monde est d'accord pour dire que le bilan des JO n'est pas à la hauteur avoue l'ex-rugbyman. Pour les JO de Paris, il y a une attente. C'est dans très peu de temps et on ne pas va tout révolutionner mais nous voulons optimiser l'existant et mettre les athlètes dans les meilleures dispositions en les entourant. À l'INSEP, les athlètes sont bien entourés mais c'est une minorité. Les autres ont de bons entraîneurs mais il y a un besoin dans le médical, la nutrition ou la préparation mentale. »

Chez les sportifs de haut niveau, des inégalités structurelles demeurent assez fortes. « Certains galèrent et sont dans des situations financières précaires. Et comme sur le territoire, il y a beaucoup de clubs professionnels qui ne sont pas intégrés dans cette expérience, nous voulons les solliciter. Comment mailler le territoire au travers de la relation athlète, coach et club professionnel ? C'est ça l'idée ! »

Jean-Marc Lhermet rappelle que dans chaque club professionnel, il y a à la fois les structures mais aussi les hommes dans les staffs et autour des clubs qui amènent une forte expertise.

« Les athlètes ont des besoins et ces clubs peuvent leur apporter des choses au-delà du terrain comme un réseau de partenaires pouvant les aider ou bénéficier d'un double projet, sportif et professionnel précise-t-il. Je l'ai vécu, j'en ai bénéficié et cela me tient à cœur avec la Cité de tous les talents. Un double projet cela permet de libérer l'athlète mentalement, d'avoir une tranquillité mentale lui permettant d'être plus performant dans sa discipline. »

Cet accord équilibré peut-être gagnant pour le club comme pour les athlètes. « La réussite des Jeux Olympiques de Paris sera bénéfique pour tout le monde, c'est plus large que le champ sportif poursuit-il. Cela peut attirer les enfants vers le sport. Les clubs peuvent communiquer sur ce soutien à un athlète, c'est valorisant d'être un partenaire d'entraînement. »

Jean-Marc Lhermet travaille déjà avec Yann Cucherat, l'ancien gymnaste, sur une déclinaison de l'ANS, plus proche des territoires. Pour être au plus près des clubs professionnels et des CREPS (Centre de Ressources d'Expertise et de Performance Sportive).

L'ancien flanker a pris ce nouveau challenge à bras-le-corps comme il le faisait jadis sur les terrains de rugby. « C'était pour moi un nouveau challenge dans le sport, je n'ai pas hésité. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire