Clermont-Ferrand 6° C
mardi 30 novembre

« Passer de 50 à 30, cela ne va pas changer le monde mais cela va protéger les plus fragiles »

06h33 - 19 octobre 2021
« Passer de 50 à 30, cela ne va pas changer le monde mais cela va protéger les plus fragiles »
La rue Anatole France doit aussi passer à 30 km/h.

Alors que la nouvelle a suscité de nombreuses réactions, Cyril Cineux, adjoint au maire de Clermont-Ferrand en charge des transports, revient avec nous sur la décision de passer la ville aux 30 km/h à partir du 1er décembre. Entretien.

À quel moment avez-vous décidé de passer la ville aux 30 km/h ?

C'était un engagement de campagne de la liste. Dans le mandat précédent, nous avions fait des réunions de bilan de mandat tous les ans et dans ces réunions les gens nous disaient : « ça roule trop vite, il faut baisser la vitesse sur cette rue ou sur cet axe... » Sur les déplacements que je fais, neuf fois sur dix on me dit : « ici ça roule trop vite. » Roulez trop vite ne voulait pas dire forcément rouler au-dessus de la vitesse autorisée mais c'était rouler trop vite par rapport à la configuration des lieux, dans des rues de riverains ou avec des enfants à proximité. À 50 km/h c'était déjà trop vite. Sur la réflexion générale sur les mobilités, nous avons proposé de passer la ville à 30 km/h hormis certains axes et quelques boulevards mais pour répondre à cette demande très forte des Clermontois. Cela permet plus de sécurité, une ville plus apaisée et d'être attentifs à ceux qui sont les plus faibles sur la route, les piétons et les vélos. Les retours que l'on a des Clermontois sont plutôt positifs.

Pour un automobiliste, c'est très dur de rouler à 30 km/h mécaniquement sur des axes roulants...

Il y a des endroits qui restent à 50 et il n'y aura pas de la sanction immédiatement. Cela va faire baisser la vitesse mais on ne va pas contrôler pour voir si vous êtes à 31 ou 32 à l'heure. L'idée c'est de faire baisser la vitesse. Je suis automobiliste, cycliste et piéton. Rouler à 30 km/h ce n'est pas la plus grande facilité mais pourquoi on passe par là ? Si on ne se rend pas compte que l'auto est un formidable outil de déplacement mais que c'est aussi un formidable outil de congestion et de danger, quand on ne respecte pas les règles pour protéger les autres et que l'on est obligé de mettre des dos d'ânes dans les rues, ce n'est pas parce que les automobilistes respectent la vitesse... Passer de 50 à 30, si vous perdez vingt ou trente secondes sur un trajet, cela ne va pas changer le monde mais cela va protéger les plus fragiles.

Et sur le boulevard Maurice Pourchon et la rue Anatole France ?

Il va passer à 50 km/h et il n'y aura plus de boulevards à 70 km/h. C'est une demande récurrente des riverains du boulevard car 70 km/h c'est très rapide. Entre le carrefour des pistes et le premier rond-point, ce n'est pas le problème mais après il y a une école et de l'urbanisation dense, des gens qui circulent. C'est plus une autoroute qu'un boulevard. C'est un axe entrant et sortant de la ville, on le laisse à 50 mais il fallait fluidifier cela. La rue Anatole France va passer à 30 également sur une 2X2 voies car il y a eu un accident impliquant des enfants sur le dernier passage piéton. Certains automobilistes gueulent souvent contre les travaux car on a réduit des voies pour permettre aux cyclistes et aux piétons de passer en toute sécurité. Cela gueule pas mal et ça gueulera car c'est passer à 30 mais je rappelle que deux enfants ont été fauchés car un véhicule ne s'est pas arrêté au passage piéton. Il faut aussi respecter le Code de la route... ça passe à 30 car ça roule trop vite, il y a une école au bout et un centre commercial. En Espagne ils font ça dans tout le pays. C'est une demande globale.

Quand Jean-Pierre Brenas dit que c'est une bonne mesure mais que les transports ne sont pas adaptés et que c'est trop tôt, qu'est-ce que vous répondez ?

Il faut faire quoi ? Laisser des enfants se faire percuter par des voitures ? Des personnes âgées qui ne peuvent pas traverser au passage piéton ? Monsieur Brenas n'a qu'un mot à la bouche matin, midi et soir, c'est la question de la sécurité... Celle des piétons et des cyclistes, des automobilistes eux-mêmes n'aurait pas d'intérêt ? Je suis halluciné par son discours. Pour lui, la sécurité ne vaut que quand elle est dans la banlieue et que l'on peut accuser les jeunes des quartiers populaires. Mais la sécurité dans son ensemble, cela ne marche plus ?

Quand on veut inciter les gens à prendre le vélo ou le tramway, est-ce que Clermont dispose des équipements pour ?

C'est la poule et l'œuf. Il faut attendre dix ans ? Mais dans dix ans les mobilités auront changé. En 2014, le débat des municipales c'était : doit-on laisser du stationnement gratuit entre midi et 14 heures ? On proposait une demi-heure gratuite sur le stationnement, Jean-Pierre Brenas voulait deux heures, c'était ça le débat. Au milieu du mandat, c'était le vélo. En deux ou trois ans, les mentalités ont évolué avec la crise climatique aussi. Regardez les trottinettes ! On ne va pas attendre dix ans donc on fait les choses aujourd'hui. Bien sûr et c'est pour cela que nous avons fait Inspire, il fallait hausser le niveau de notre réseau de transport mais on ne va pas attendre que le réseau soit finalisé pour baisser la vitesse. Et il n'y a pas que des villes de gauche qui passe à 30, comme à Chamalières. Les gens n'ont pas envie de vivre sur un parking ou une autoroute. Dans quelle ville on veut vivre ?

Quel sera le coût du changement de panneaux ?

Ce n'est pas énorme car on va enlever beaucoup de panneaux et on va en rajouter peu. À chaque fois que l'on rentrait fans une zone 30 on ajoutait un panneau donc on va enlever cela et rajouter seulement des panneaux 50. On va libérer en plus de l'espace visuel.

0 commentaires
Envoyer un commentaire