Clermont-Ferrand 6° C
mardi 30 novembre

Jean-Pierre Brenas :« La mairie privilégie le bâton »

06h33 - 19 octobre 2021
Jean-Pierre Brenas :« La mairie privilégie le bâton »
L'opposition demande  « de vraies infrastructures »(© Jean-Paul Boithias).

Après la décision de la Municipalité de passer aux 30 km/h en ville, Jean-Pierre Brenas, Conseiller municipal et Régional de l'opposition, monte au créneau.

Ce passionné d'automobiles mais aussi fervent militant du véhicule à hydrogène n'est pas contre le 30 km/h mais ce n'est pas le moment. « Nous sommes contre par rapport à la brutalité de la décision » nous confiait-il. « Nous avons le sentiment que tout est bouclé qu'il n'y a pas de discussion possible. C'est un peu  « circulez, y'a rien à voir. » Nous nous ne sommes pas contre le principe de réduire la place de la voiture thermique au profit de mobilités propres mais nous sommes contre la mise place pour raisons idéologiques et politiques. Ce n'est pas parce que Monsieur Bianchi est aux ordres de Madame Hidalgo que les Clermontois doivent se voir imposer les mêmes contraintes que les Parisiens. »

Pour l'élu des Républicains, il faudrait inciter les Clermontois à aller vers les mobilités douces plutôt que de leur imposer.

« Où est la liberté de se déplacer ? demande-t-il. Pourquoi ne pas parler de la place des nouvelles mobilités propres en ville : les trottinettes électriques, les vélos, les Segway, les voitures hydrogène ? Il y a toute une politique à mettre en place dans ce domaine. De plus, on ne se défait pas facilement de ses habitudes. Il faut donner envie. La voiture n'est plus la bienvenue en ville, c'est en fait cela le message subliminal des 30 km/h de la municipalité. Que du négatif. »

Pour lui, la Métropole n'est pas prête car ses infrastructures de transports ne sont pas au niveau...

« Cela ne réduit pas la pollution ni les déplacements en voiture tant que les transports en commun et les pistes cyclables resteront en l'état. Pour améliorer la qualité de l'air il convient évidemment de s'attaquer aux véhicules polluants mais tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter un véhicule électrique et on ne peut pas imposer de laisser sa voiture au garage sans proposer des solutions alternatives comme la présence de transports collectifs performants qui maillent l'ensemble du territoire. »

« Pistes
dangereuses »

« Tant que des mobilités alternatives ne seront pas proposées dans tous les quartiers, pour tous les cas de figures (de la mère de famille qui doit amener ses enfants à l'école, faire les courses au supermarché, aller rechercher les enfants à la fin des activités périscolaires, en soirée à l'heure où il n'y a plus de bus, l'artisan qui doit se rendre dans le centre historique ou l'infirmière .... etc) et tant qu'un véritable schéma de pistes cyclables n'aura pas été réalisé on ne pourra pas exiger des Clermontois qu'ils laissent leur voiture chez eux. Les » pistes « actuelles sont trop dangereuses. Il n'y a qu'à voir ces enfants dans les remorques de vélos cargos au milieu de la circulation, on prend peur... »

Le président du groupe « Avenir Républicain » estime que c'est au politique d'anticiper les grandes mutations. « À la Région nous développons une filière H2, nous appâtons avec des aides financières à l'achat, nous ne sommes pas pour la décroissance, nous n'imposons rien, nous incitons, c'est la stratégie de la carotte, ce qui nous semble au final plus efficace avance-t-il. C'est une autre stratégie. Ce n'est pas celle de la mairie, qui elle, privilégie le bâton. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire