Clermont-Ferrand 20° C
dimanche 24 octobre

Ceinture maraîchère : Fanny Agostini,Henri Landes et Beaumont main dans la main

09h31 - 05 octobre 2021
Ceinture maraîchère : Fanny Agostini,Henri Landes et Beaumont main dans la main
La ville de Beaumont et l'association Landestini ont signé une conventionpour trois années (© Ville de Beaumont).

La commune a décidé de s'engager avec l'association Landestini pour une durée de trois ans, à travers une convention afin de développer une ceinture maraîchère sur son territoire, au lieu-dit « La Ronzière ».

Ecologique, alimentaire, éducative et sociale... Le projet de ceinture maraîchère voulue par la commune de Beaumont aurait de multiples bénéfices.

Le 16 septembre, Jean-Paul Cuzin, le maire, Damien Pessot, adjoint au Développement durable, Environnement et Éco-logiques, Fanny Agostini et d'Henri Landes, co-présidents de l'association Landestini, ont signé une convention les liant dans cet engagement pour une durée de trois ans.

Engagée dans une démarche de développement durable, la Ville de Beaumont souhaite développer une ceinture maraîchère sur son territoire, au lieu-dit « La Ronzière » situé entre la rue Bernard Maître et le complexe sportif de l'Artière.

La commune possède déjà 17 800 m² de terrain, majoritairement en friche. Cette future vocation maraîchère lui permettra de valoriser ses spécificités (murets en pierre, source, etc.).

L'état actuel des terrains, ainsi que le temps nécessaire pour obtenir les fruits et légumes souhaités, ne permet pas d'envisager une exploitation à court terme. C'est pourquoi, la commune a décidé de s'engager avec l'association Landestini pour une durée de trois ans, à travers une convention signée officiellement le 16 septembre 2021.

Du frais dans les cantines

L'objectif est de mettre en place des outils de production concomitamment à des actions de formations à destination des scolaires et du grand public. En parallèle, les services de la Ville poursuivent les démarches pour accroître la maîtrise foncière sur ce secteur dont le potentiel avoisine les 4 hectares.

« Ce projet de ceinture maraîchère, impulsé par la municipalité, revêt une dimension à la fois éco-logique, alimentaire, éducative et sociale », met en avant Damien Pessot, adjoint au Maire en charge du Développement durable, de l'Environnement et Eco-logiques.

À terme, cette ceinture alimentera les cantines des deux groupes scolaires ainsi que les bénéficiaires du C.C.A.S. en légumes frais et fruits de saison cultivés avec des méthodes respectueuses de l'environnement. Le volet éducatif permettra de réaliser des interventions et des animations dans les écoles (voir ci-dessous).

Quant au volet social, il envisage d'associer à ce projet des chantiers d'insertion et de formation (réhabilitation de murets, constructions diverses, techniques de plantations, récoltes, etc.)

Par ailleurs, cette future ceinture maraîchère, déjà identifiée dans le Masterplan du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, sera développée avec la participation de la Fabrique des Transitions, une alliance d'acteurs et de réseaux qui regroupe plus de 300 collectivités territoriales, entreprises, centres de ressources, de recherche et de formation, agences et structures étatiques, etc.

Unis par la conviction que les territoires sont des acteurs majeurs de la transition vers des sociétés durables, ses membres ont la volonté de mutualiser leurs expériences et leurs réflexions et de les mettre au service des territoires qui veulent s'engager dans une démarche globale de transition.

Des acteurs locaux, tels que Job Agglo ou les Jardiniers des Pays d'Auvergne, pourraient rejoindre la démarche.

Les mains dans la terre

La dimension éducative constitue l'un des axes de la convention signée avec Landestini. Rappelons que tous les projets menés par l'association gravitent autour des thèmes de l'alimentation saine et locale, de l'agriculture durable et de la préservation de la biodiversité.

La structure a ainsi imaginé et développé un programme innovant en matière éducative qui s'intitule "Champions de l'alimentation durable et de la biodiversité".

« Nous avons lancé ce projet il y a deux ans et il comprend trois axes essentiels : des ateliers en classe, des ateliers mains dans la terre et des échanges avec l'Outre-Mer et l'international », explique Aline Reichenbach, responsable du programme chez Landestini, qui rappelle par ailleurs qu'une charte de dix critères autour de l'alimentation durable a été mise en place.

Logiquement, la Ville de Beaumont a souhaité engager ses deux groupes scolaires dans des actions de sensibilisation pédagogiques, dont la « Coupe de France du potager », portée par l'association Landestini.

Tout au long de l'année scolaire 2021-2022, une classe de CE2 de l'école du Masage (enseignante Marina Tournan) et une classe de CE1 de l'école Jean-Zay (enseignante Estelle Chanséaume) vont travailler en étroite collaboration avec Landestini. À Jean-Zay, il s'agira de travailler sur le potager déjà installé.

« L'objectif est que l'équipe pédagogique s'approprie le projet sur le long terme », souligne Aline Reichenbach. Au groupe scolaire du Masage, les enfants vont oeuvrer sur la création de bacs potagers qui recevront des plantes aromatiques et des fleurs comestibles.

« Ce projet est très intéressant confirme Estelle Chansséaume, Professeur des écoles au Groupe scolaire Jean-Zay. Auparavant, j'enseignais en zone d'éducation prioritaire à Clermont-Ferrand. J'ai déjà travaillé sur le projet Nature en ville en lien avec l'exposition du musée Lecoq. On se rend compte qu'en milieu urbain, les enfants sont éloignés de la nature et ne savent pas vraiment d'où viennent les aliments présents dans leur assiette. Cela m'intéresse donc de les sensibiliser sur ce sujet. »

Des ateliers sur l'alimentation équilibrée, sur les recettes du monde, des sorties pédagogiques à la ferme urbaine de Clermont-Ferrand (quartier Vallières) ou chez des éleveurs, producteurs et transformateurs locaux feront aussi partie du programme.

0 commentaires
Envoyer un commentaire