Clermont-Ferrand 28° C
dimanche 13 juin

MS veut éviter la guerre du sable

10h47 - 31 mai 2021
MS veut éviter la guerre du sable
Alexandre Guillaume codirige la société avec sa soeur. L'entreprise MS a été fondée il y a 45 ans par leur père.

Basée à Veyre-Monton, cette PME florissante a imaginé un tout nouveau concept de recyclage des déblais issus de chantier du BTP afin de les transformer en sable à haute valeur ajoutée. 

Le nom de code du procédé, « Save Sand »*, résume à lui seul sa philosophie. Car le sable est une matière première en sursis depuis quelques années. Partout dans le monde, le secteur de la construction en consomme de plus en plus. Là où le béton est nécessaire, le sable l'est aussi. Les chiffres donnent le tournis. Pour construire 1 km d'autoroute, il faut 30.000 tonnes de sable. Une centrale nucléaire ? 12 millions de tonnes ! On estime que 50 milliards de tonnes sont consommés chaque année sur la surface du globe terrestre.

« C'est la 2e ressource naturelle mondiale la plus consommée après l'eau », pose Alexandre Guillaume, le président de MS. Alors que l'exploitation des carrières se raréfie, la société puydômoise qu'il dirige avec sa sœur réfléchit depuis des années à mettre au point des solutions plus vertueuses, moins impactantes pour la planète. C'est pourquoi, MS vient tout juste de présenter « Save Sand », un procédé de recyclage des déblais issus de chantiers du BTP qui permet de transformer ces derniers en sable à haute valeur ajoutée.

« Au lieu d'utiliser les granulats de bétons recyclés principalement sur des opérations à faible valeur ajoutée comme les remblais ou les plateformes routières, nous pouvons désormais les valoriser par le haut dans le cadre d'une économie plus circulaire », affirme Alexandre Guillaume.

Pour que le sable soit apte au secteur de la construction, il faut qu'il soit régulier et très propre. La technique utilisée par MS permet en outre de minimiser les besoins en eaux de lavage.

Car rappelons-le, MS est un vrai champion du monde dans sa spécialité. Leader international du traitement des boues pour les travaux souterrains, la société intervient également dans la valorisation des sables et la clarification d'eau pour les carrières, sablières et industries minérales.

Son procédé « Save Sand » pourrait lui permettre de conquérir de nouveaux marchés et assoir son développement dans les prochaines décennies. À condition qu'elle puisse le faire connaître auprès des grands décideurs, des géants mondiaux du BTP et des producteurs de granulats.

« Aujourd'hui, on ressent encore un peu de frilosité. Il faut que l'on fasse connaître notre technique. Mais nous avons la capacité de déployer ces installations relativement vite », estime Alexandre Guillaume, dont la plateforme unique s'apprête à reconstruire les villes de demain avec les matériaux d'hier. 

* Save sand : littéralement « sauverle sable »

0 commentaires
Envoyer un commentaire