Clermont-Ferrand 16° C
jeudi 13 mai

Violences faites aux femmes : premier bilan

10h51 - 10 avril 2021
Violences faites aux femmes : premier bilan
Les violences faites aux femmes ont augmenté pendant les deux confinements de l'année 2020  - © (Photo d'illustration Alexas Fotos - Pixabay).

La Préfecture du Puy-de-Dôme a dressé un bilan de l'action des services de  l'État dans le département en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. Une politique engagée dans le sillage du Grenelle 2019. 

Mobilisé depuis près de trois ans avec l'ensemble des acteurs qui œuvrent au quotidien sur le terrain, association et collectivités locales, le Gouvernement avait organisé le Grenelle des violences conjugales.

Lancé en septembre 2019, trois lois ont été votées depuis (saisie des armes du conjoint violent, mise en place d'un bracelet anti-rapprochement, nouvelles solutions de logement et d'hébergement notamment). La Préfecture du Puy-de-Dôme vient de rappeler que les services de l'État avaient engagé une action volontariste en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes ainsi que dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

En 2020, l'aide financière apportée aux associations pour renforcer et/ou mettre en place de nouveaux dispositifs a représenté un montant de 845.444 €.

Alors que les deux confinements ont entraîné une augmentation des cas de violences conjugales, de nouvelles mesures ont été mises en place pour protéger les victimes.

Le déploiement d'une enveloppe exceptionnelle de 41.000 € a permis de mettre en place un centre d'accueil provisoire pour les femmes victimes de violences conjugales dans deux centres commerciaux du département.

En matière d'hébergements d'urgence, la Préfecture rappelle que « 30 places d'hébergement d'urgence dédiées aux femmes victimes de violences ont été créées, ce qui porte la capacité actuelle à 56 places » dans le département.

Ces nouvelles places ont été créées au sein de deux structures, dont l'une est exclusivement dédiée aux femmes vulnérables. Elles sont accessibles 24 h/24.

Par ailleurs, la Préfecture souligne que des places de logement temporaire ont également été créées (7 places supplémentaires, portant la capacité actuelle à 27 places), pour les femmes qui ont besoin de poursuivre un accompagnement, avant d'accéder à leur propre logement. Au total, ces hébergements ont été financés par l'État à hauteur de 560.000 €

Dans le même temps, une augmentation du temps d'intervenantes sociales dans les commissariats et les gendarmeries (ISCG) a été réalisée.

Dans le Puy-de-Dôme, le dispositif est passé d'une à trois personnes en 2020. « Ce renforcement a été rendu possible grâce à une volonté commune de l'État, du Conseil Départemental, de Clermont Auvergne Métropole ainsi que de la Ville de Clermont-Ferrand qui ont contribué au financement de ces deux nouveaux postes », explique la Préfecture, qui précise que le recrutement des ISCG est pris en charge par l'association AVEC63.

Enfin, suite à la « Convention taxi » signée le 21 novembre 2019 en Préfecture, entre l'État, l'association « SOS Voyageurs - Aide en gare » et vingt compagnies de taxi du département, la prise en charge de femmes victimes de violences conjugales, accompagnées parfois de leurs enfants, a pu être réalisée.

En 2020, 55 déplacements ont été effectués pour un montant de 4.312 € et depuis le début de l'année 2021, 9 femmes ont déjà bénéficié de cette convention.

« Je tiens à remercier tous les acteurs du département - services de l'État, collectivités locales, Conseil départemental, associations - qui se mobilisent pour mettre en place des actions concrètes afin d'agir efficacement et durablement contre ces violences dans les territoires urbains comme dans les territoires ruraux », a tenu à souligner Philippe Chopin, le Préfet du Puy-de-Dôme.

0 commentaires
Envoyer un commentaire