Clermont-Ferrand 6° C
mardi 30 novembre

Vinora : les vins volcaniques espèrent décrocher un label dans l'avenir

08h30 - 11 janvier 2021
Vinora : les vins volcaniques espèrent décrocher un label dans l'avenir
Jean-Baptiste Deroche, Pierre Desprat, Gilles Vidal et Pierre Deshors ont présenté la démarche portée par Vinora, devant aboutir à la création d'un label vins volcaniques.

Lancé l'an dernier, Vinora, le salon international des vins volcaniques, a connu un vrai succès pour une première édition. 500 visiteurs sont venus découvrir l'évènement qui comportait à la fois un volet professionnel et un volet grand public. Au-delà, pas moins de 380 articles de presse, français et internationaux, ont parlé du rendez-vous. « Cela a permis de mettre en lumière ce magnifique vignoble des Côtes d'Auvergne. Nous avons vécu ce salon comme une cousinade, une grande réunion de famille », assure Pierre Desprat, le président de Vinora.

Hélas, si 2021 ne verra pas la tenue d'un deuxième cru, épidémie de Covid-19 oblige, les organisateurs ne sont pas restés les deux pieds figés comme des ceps de vigne. Après avoir constitué un comité scientifique, où se retrouvent d'éminents experts internationaux, ils ont lancé l'été dernier une étude qui vise à démontrer l'existence d'une corrélation entre les sols volcaniques et les vins qui en résultent. Tout sauf une sinécure. L'étude, fiancée par le Département du Puy-de-Dôme à hauteur de 20.000 €, reçoit l'appui de la Fédération viticole 63 et du syndicat de l'AOC Côte d'Auvergne. « Elle va durer jusqu'à fin février et porte sur un total de 8 parcelles situées sur les communes de Boudes, Le Crest, Saint-Georges-es-Allier/La Roche-Noire », précise Jean-Baptiste Deroche, le vice-président de Vinora.

Car la démarche se veut avant tout pragmatique et scientifique. Et même s'il croit en son terroir volcanique (et son territoire), Pierre Desprat se montre prudent sur les résultats de l'étude, attendus courant mai : « on ne peut présager de rien pour l'instant. »

Mais cette étude ne sera en fait que le premier étage de la fusée des vins volcaniques. Alors qu'un deuxième étage, porteur d'un second protocole encore plus exigeant, figure déjà dans les cartons, la partie sommitale sera chargée de mettre sur orbite un label... « À terme, l'idée est de porter ce label et non pas une marque, assure le président. On mettra certainement un peu de temps pour faire cela. Pourquoi ne pas labelliser les vins volcaniques à l'échelle de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ? Nous réfléchissons sur un cahier des charges. Ce sera peut-être l'occasion de structurer une nouvelle petite filière. »

Pour Pierre Deshors, président de la Fédération viticole du Puy-de-Dôme, ce label ne pourra exister que sur des cuvées et des parcelles. Et Pierre Desprat le reconnaît bien volontiers, si l'AOC Côtes d'Auvergne est pour l'heure un étendard, le label vins volcaniques disposera d'une autre vertu. « C'est surtout pour mieux vendre à l'étranger. Cette notion va nous apporter une aura. »

Les professionnels du secteur veulent pour cela s'appuyer sur deux atouts : la remarquable géologie du territoire d'une part et l'inscription de la Chaîne des Puys/Faille de Limagne à l'Unesco d'autre part, laquelle a apporté une résonance mondiale.

Mots clés : vinora vins volcaniques,

0 commentaires
Envoyer un commentaire