Clermont-Ferrand 6° C
dimanche 24 janvier

"InspiRe" : le futur réseau de transport public en quête d'une bouffée d'oxygène  

10h39 - 22 décembre 2020
Au-delà de la création des deux nouvelles lignes structurantes B et C, c'est tout le réseau de la T2C qui va être refondu à l'échelle de la Métropole - © (Joel Damase)

Les élus de la Métropole ont abordé la refonte complète du réseau de transport en commun. Les citoyens pourront participer à la concertation publique prévue du 11 janvier au 31 mars sur le projet, qui prévoit notamment la création des lignes B et C.  

En 2026, alors qu'il fêtera ses 20 ans, le tramway de l'actuelle ligne A ne sera plus seul. Deux petites sœurs auront été dessinées au cœur de la Métropole clermontoise, la ligne B, reliant Royat à Aulnat, et la ligne C, reliant Durtol à Cournon. 27 kilomètres au total et 64 stations desservis par des bus à haut niveau de service. "Ils seront très proches d'un tramway, avec un cadencement toutes les six minutes aux heures de pointe et un service de 20 heures par jour, de 5h00 à 1 heure du matin. Il s'agira de véhicules à 0 émission qui fonctionneront soit à l'électricité, soit à l'hydrogène ou au GNV", met en avant François Rage, le président du SMTC-AC, qui a présenté en compagnie d'Olivier Bianchi, Président de Clermont Auvergne Métropole, les phases de ce vaste chantier, dénommé "InspiRe". Son coût estimatif ? Entre 240 et 280 millions d'euros.

Époque oblige, la voiture devrait encore voir sa place diminuer dans l'espace public, au profit notamment des piétons et des vélos. Les deux nouvelles lignes disposeront sur plus de 90 % de leur longueur de pistes cyclables aménagées. Pour Olivier Bianchi, il s'agit incontestablement "du projet de ce mandat" mais aussi de "la pierre principale de la révolution écologique." Selon lui, cette restructuration annoncée entraînera un "aménagement global du territoire métropolitain", notamment des sept communes traversées par les deux nouvelles lignes. "Il s'agit d'un très gros investissement qui va aider le monde du BTP, mais un choix raisonné et raisonnable financièrement", estime le Président de la Métropole.

Le calendrier est d'ores et déjà acté. Alors que la phase de concertation publique, où chaque citoyen peut donner son avis, va se dérouler du 11 janvier au 31 mars 2021, l'enquête publique aura lieu en 2022. Dès 2023, des travaux préparatoires seront lancés avant une grande phase de travaux en 2024 et 2025. La mise en service du futur réseau est donc prévue début 2026, année des prochaines élections municipales.

En parallèle, la construction des futures lignes B et C s'accompagnera d'une restructuration globale du réseau de la T2C ; un futur réseau qui devra, selon ses responsables, répondre aux attentes des usagers et des futurs clients.

"On proposera 20 % d'offre en plus. Chaque commune du territoire devra se retrouver à moins de 30 minutes du cœur urbain", expose Blandine Galliot, la présidente de T2C.

Certes, la création des futures lignes attise toujours les oppositions entre les élus du conseil métropolitain. Si Flavien Neuvy, le maire de Cébazat, a fait part de ses inquiétudes sur le coût estimé du projet, à Royat ou Chamalières, on se montre réticent sur la réduction des voies de circulation et l'abattage des arbres situés sur le long du parcours de la future ligne B. Louis Giscard d'Estaing plaidant pour un "site banalisé".

Olivier Bianchi, qui ne veut pas fermer la porte au "site propre", appelle à un "débat serein" sur le sujet. S'il affirme que rien n'est encore décidé pour l'heure, le Président ne cache pas qu'à la fin, ce seront "les élus qui trancheront."

Pour informer les habitants sur le projet, un site Internet dédié à été créé : www.inspire-clermontmetropole.fr 

0 commentaires
Envoyer un commentaire