Clermont-Ferrand 16° C
jeudi 26 novembre

Samuel Frugier : « l'immobilier reste une priorité pour le Crédit Agricole »

06h59 - 22 octobre 2020
Samuel Frugier : « l'immobilier reste une priorité pour le Crédit Agricole »
« On devrait terminer l'année autour de 1,6 à 1,7 milliard de production de nouveaux crédits immobiliers », explique Samuel Frugier, directeur général adjoint Crédit agricole Centre France   - © (Service com CACF) 

Le Directeur général adjoint du Crédit Agricole Centre France évoque la conjoncture 2020 en matière de prêts immobiliers.

Même si l'année n'est pas encore finie, quelle est la tendance 2020 en matière de prêts immobiliers pour le Crédit Agricole ?

En préambule, je rappelle que nous avons battu des records en 2019 dans ce domaine. Logiquement, on ne s'attendait pas à faire aussi bien en 2020. C'est pourquoi, nous avions fixé des ambitions moindres mais tout en restant dans un schéma dynamique. Le début de l'année a été marqué par une très forte progression d'activité au niveau de l'immobilier jusqu'au confinement. Les gens sortaient moins même s'il était possible de faire les choses à distance. Nous avons ainsi connu une forte chute au niveau des accords de crédits jusqu'à la fin du confinement, c'est-à-dire mi-mai. Ensuite, nous nous attendions à rencontrer un marché plus atone, mais ce ne fut pas du tout le cas dans notre région. L'activité est repartie de manière extrêmement forte. Depuis le mois de mai, cela ne faiblit pas. On devrait terminer l'année autour de 1,6 à 1,7 milliard de production de nouveaux crédits immobiliers. Ce qui reste une excellente année. Cela est dû à deux choses principalement. D'une part, le Crédit Agricole a continué à assurer l'ensemble de ses prestations. Si d'autres établissements bancaires ont relevé leurs tarifs, nous avons été extrêmement mesurés en la matière. L'immobilier reste une priorité pour le Crédit Agricole. Tout ce qui tourne autour du logement pour les habitants ou les investisseurs de la région demeure une priorité pour nous. D'autre part, la demande n'a pas faibli.

Plus largement, par rapport à l'an dernier, nous n'avons pas de visibilité quant à savoir si cette dynamique constatée va s'arrêter d'un coup ou si elle est véritablement pérenne.

Avez-vous resserré les conditions d'octroi des prêts comme l'a demandé le Haut conseil de stabilité financière ?

Au Crédit Agricole Centre France, nous avons toujours été attentifs sur la qualité de l'octroi des crédits. Nous avons bien sûr pris en compte les recommandations du Haut conseil de stabilité financière. Celles-ci portaient notamment sur la maturité des crédits, à savoir plus ou moins 25 ans, et sur le taux d'endettement. Très honnêtement, cela n'a pas généré une baisse du flux de la demande ni une baisse de nos taux d'accord. Quand nous avons un client en face de nous, notre objectif consiste à trouver la solution qui permettra d'aboutir tout en respectant l'ensemble des recommandations établies.

Quelle est votre vision en matière de taux d'intérêts pour les prochains mois ?

Sur les taux eux-mêmes, nous avons plutôt une bonne visibilité. Ils restent tendanciellement bas. Les politiques monétaires qui ont été réaffirmées très récemment nous laissent à penser que cette tendance est durable. On va rester sur des taux de crédits extrêmement compétitifs pour l'emprunteur. Cela n'empêche en rien que l'on assiste, ponctuellement, à quelques variations.

À travers vos agences immobilières Square Habitat, avez-vous constaté une augmentation des demandes d'achat de maisons individuelles depuis le déconfinement ?

Nous sommes tout à fait en mesure de confirmer cette tendance au regard de la relation de proximité que nous entretenons avec nos clients et bien sûr à travers notre réseau immobilier Square Habitat. Le constat est le suivant : il y a plus de demandes de maisons individuelles mais aussi d'appartements avec terrasses ou loggias. La hausse des demandes concerne également les biens situés dans la périphérie des grandes agglomérations. Mais ce n'est pas vrai dans toutes les régions. Si l'on prend les très grandes métropoles, et si l'on parle notamment de la région parisienne, cette demande semble en retrait par rapport à ce que nous vivons. C'est pourquoi, nous avons la conviction qu'il y aura un retour aux territoires. Le Crédit Agricole Centre France a vocation à accueillir toutes ces personnes qui souhaitent venir vivre chez nous.

0 commentaires
Envoyer un commentaire