Clermont-Ferrand 18° C
dimanche 25 octobre

5G : Stéphane Richard veut un « débat serein »

09h46 - 18 octobre 2020
5G : Stéphane Richard veut un « débat serein »
« Les villes n'ont pas les moyens juridiques de bloquer l'arrivée d'une technologie mobile ».

Alors que les fréquences de la 5G ont été attribuées aux opérateurs téléphoniques il y a quelques jours, les polémiques sur cette nouvelle technologie ne cessent d'enfler dans certaines grandes villes de France. Si de nombreux élus écologistes et de gauche demandent un moratoire, parfois voté par des conseils municipaux ou assemblée métropolitaine, Laurent Wauquiez a renvoyé dans les cordes « ces écolos bobos » qui ne se préoccupent pas des territoires ruraux.

« Tout le monde n'a pas la chance en allumant son écran d'avoir de la fibre optique. Il y a des gens qui aimeraient bien pouvoir bénéficier des mêmes réseaux que ceux qui sont aujourd'hui à Paris ou dans les grandes métropoles urbaines », estime le Président de Région, qui a rappelé les possibilités offertes par la 5G en matière de télémédecine pour les territoires ruraux.

« Si on laissait ces gens-là faire, jamais en Auvergne on donnerait la possibilité à tout le monde d'avoir la fibre et l'accès à la téléphonie mobile », a-t-il renchéri.

Pour le P.-D.G. d'Orange, les villes n'ont pas les moyens juridiques de bloquer l'arrivée d'une technologie mobile. « Il s'agit d'une compétence de l'État et le Conseil d'État a été très clair là-dessus », estime Stéphane Richard, qui a rappelé également le soutien du Gouvernement sur ce dossier.

L'intéressé se dit convaincu aujourd'hui « des usages, de l'utilité sociale mais aussi de l'amélioration écologique sans aucun risque sanitaire pour la population » de la 5G. Selon lui, Orange est prêt à apporter des données, des faits et toute son expérience au débat national.

« Mais une chose nous inquiète, c'est l'agressivité et l'idéologie. Ce que l'on appelle parfois les comportements activistes nous éloignent d'un débat civilisé, dans lequel chacun peut s'exprimer et où l'on essaie de regarder des faits et des données objectives plutôt que d'envoyer des anathèmes. »

Stéphane Richard appelle donc à « un débat serein », sur un sujet qui selon lui « ne semble pas appeler un moratoire ».

Enfin, le patron d'Orange souligne qu'en région parisienne, des réunions vont être organisées sur la 5G afin de répondre aux questions « légitimes » que certains concitoyens peuvent se poser.

0 commentaires
Envoyer un commentaire