Clermont-Ferrand 18° C
dimanche 25 octobre

Faire entendre la voix des quartiers nord 

09h35 - 18 octobre 2020
Faire entendre la voix des quartiers nord 
Patrick Dumas et Pierre Boyer, les présidents des comités de quartier Croix-de-Neyrat et La Gauthière, à Clermont, demandent « un peu d'écoute ».

Croix-de-Neyrat, la Gauthière, la Plaine/les Vergnes... Autant de secteurs géographiques situés au nord de la ville de Clermont-Ferrand. Parce qu'ils vivent depuis longtemps sur place, les représentants des comités de quartier entendent bien faire remonter les attentes des habitants. 

Ils se présentent comme les porte-parole des habitants, faisant remonter les attentes de ces derniers auprès des élus et des services de l'État. Ils sont donc une « force de propositions » mais ne sont « ni les décideurs, ni les financiers ». Patrick Dumas et Pierre Boyer président respectivement les comités de quartier de La Gauthière et de Croix-de-Neyrat à Clermont-Ferrand. Leur quartier, ils le connaissent bien et l'apprécient. Ils l'ont vu se modifier aussi depuis une quinzaine d'années, à la faveur de la construction de la ligne de tram et du programme de rénovation urbaine de l'ANRU. Avec leur homologue du quartier de la Plaine-Les Vergnes, les deux hommes sont également membres du « conseil citoyens » mis en place par la Ville de Clermont et la Métropole. Mais quel est le rôle de ces comités de quartier ?

« Il tourne principalement autour de deux axes. D'une part, on travaille sur l'urbanisme, l'amélioration du cadre de vie et de l'espace public. D'autre part, on propose des animations à nos adhérents et aux habitants. Nos activités sont ouvertes à tout le monde et l'on souhaite se faire connaître », explique Pierre Boyer, qui préside son comité depuis 20 ans.

Lui veut faire bouger les lignes au niveau du centre commercial, le lieu de vie de Croix-de-Neyrat.

« Il manque des choses dans la galerie commerciale. Nous demandons aussi la création d'une vraie place publique sur le secteur et d'un marché hebdomadaire comme à La Gauthière. »

Ces dernières années, les deux présidents ont assisté également à la disparition des services publics de proximité. La CPAM a quitté La Gauthière et la CAF n'est plus vraiment ce qu'elle était selon eux. « Tout ne peut pas se faire par le biais du numérique. Cette évolution exclut de fait des habitants. »

Autre revendication, la sécurité. Alors que le maire Olivier Bianchi a demandé plus de moyens humains à l'État (mais également les policiers qui travaillent de nuit), depuis deux ou trois ans, l'insécurité grandit sur place à entendre les présidents de quartier. « À la Gauthière, nous avons eu des réunions sur ce sujet avec la Préfecture et les services de l'État. Ils viennent, ils prennent des notes. Mais sur le terrain, les choses n'avancent pas et les habitants s'interrogent », déplore Patrick Dumas.

Depuis le déconfinement, un nouveau palier a été franchi. Instaurant un malaise ambiant. « Nous avons constaté une augmentation des incivilités. La propreté, le respect du Code de la route et du mobilier urbain ou simplement le respect de l'autre, tout cela s'est envolé », pointent du doigt les deux hommes, qui souhaitent enrayer cette spirale négative tant qu'il est encore temps et demandent juste « un peu d'écoute et de considération. »

Une réunion sur ce thème et celui des services publics est d'ailleurs organisée le 23 octobre, histoire de donner la parole aux habitants sur ces sujets (voir ci-dessous).

Plus largement, Patrick Dumas et Pierre Boyer veulent sortir aujourd'hui d'une notion de quartier, trop restrictive à leurs yeux, et estiment qu'il faut travailler davantage sur une logique de territoire.

« Nous voulons maintenir une vie sociale et économique ici », insistent-ils.

Le 23 octobre, à 19h, les trois comités de quartiers de Croix-de-Neyrat, La Gauthière et La Plaine/Les Vergnes organisent une réunion sur « la sécurité et les services publics de proximité ». Celle-ci aura lieu dans les locaux du FJEP, 30, bis rue Louise Michel, à Clermont. Entrée gratuite mais le nombre de places est limité à 30 personnes en raison de la situation sanitaire. Réservations impératives au04 73 25 17 29.   

0 commentaires
Envoyer un commentaire