Clermont-Ferrand 18° C
dimanche 25 octobre

Carlos Tavares pilote d'un jour à Charade

10h41 - 06 octobre 2020
Carlos Tavares pilote d'un jour à Charade
« Charade est un magnifique circuit qu'il faut préserver à tout prix. Car un circuit comme ça, avec autant de caractère, dans un site aussi valorisant, il y en a finalement assez peu », estime Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA, qui regroupe les ma

Présent à Charade le dernier week-end d'août, à l'occasion de la manche auvergnate de l'Historic tour, le P.-D.G. du groupe PSA évoque sa passion pour le sport automobile et livre ses impressions sur le circuit des monts d'Auvergne.

Comment s'est passé votre week-end de course, ici sur le circuit de Charade, lors de cette manche de l'Historic Tour ?

Plutôt bien. Nous avons connu le vendredi des conditions de course très difficiles avec énormément de pluie. Mais nous avons pu éviter les embûches. Avec la Formule 3, j'ai eu la chance de rouler sur le sec. Je n'ai pas rencontré d'incidents mécaniques. Nous avons dû peaufiner les réglages et ajuster les pressions de pneus. Le week-end s'est donc bien passé. Après, nous sommes là pour assouvir notre passion. La monoplace est l'objet automobile le plus exigeant en matière de réglages, de précisions et de finesse. C'est une chose qui me plaît beaucoup.

Quelles sont les caractéristiques techniques de cette ancienne F3 ?

C'est une Ralt RT3 de 1983. Elle a été conduite par le pilote belge Didier Theys ainsi qu'un Italien, Rugero Melgrati, dans le championnat d'Europe de Formule 3. Elle est équipée d'un moteur Alpha Roméo. Son poids avoisine les 400 kilos. Elle possède une bride à l'admission, comme toutes les F3 de cette époque et affiche 160 ch. Il s'agit d'une voiture très efficace au niveau châssis mais elle a la particularité d'avoir un train avant un peu paresseux. Sur ce type de voiture, la principale difficulté, c'est justement d'exploiter le train avant, notamment ici à Clermont-Charade où le revêtement est très abrasif. On dégrade rapidement les pneumatiques et on perd vite de l'efficacité. Charade est un circuit très exigeant de ce point de vue là.

Charade est un circuit de montagne, totalement atypique en France, comment le jugez-vous d'un point de vue technique ?

C'est un circuit en trois dimensions. C'est pourquoi, il est assez grisant. Il s'agit d'un magnifique circuit qu'il faut préserver à tout prix. Car un circuit comme celui-ci, avec autant de caractère, dans un site aussi valorisant, il y en a finalement assez peu. C'est important de le préserver et de le faire vivre, de la manière la plus respectueuse qui soit de tous mais en se disant qu'il faut vivre...

Qu'est-ce qui vous attire dans la course automobile ?

C'est la recherche des limites et la capacité à les repousser. En fait, cela concerne mes propres limites en tant que pilote mais aussi celles de la voiture avec l'amélioration des réglages. Cette recherche permanente de la perfection est un exercice qui n'a pas de fin. Tout ceci me plaît beaucoup en tant que sportif.

Quelles sont vos ambitions dans ce championnat de France des voitures historiques ?

C'est le plaisir très clairement mais je suis avant tout un compétiteur. Quand je suis sur la piste, j'essaye toujours de faire au mieux. Je crois que j'ai fini 5e ou 6e l'année dernière et il y a deux ans. Parmi tous les championnats que j'ai connus, le niveau de cette catégorie F3 est extrêmement relevé. Devant, ils sont très très bons. Ils vont très vite. Donc, tout cela est très exigeant pour ceux qui sont derrière, ce qui est mon cas. Cela me permet de progresser. Dans l'équipe de Paul Château, nous avons en permanence la possibilité de comparer nos acquisitions avec les autres pilotes, de voir où ils sont plus rapides que nous. Ce sont des choses excitantes en termes de progrès et d'amélioration de la performance.

Est-ce que les pilotes du championnat sont plus sympas avec le patron de PSA ?

(Avec le sourire...) J'espère que non. Mais ici, il n'y a pas de patron de PSA ! Il y a juste un pilote comme un autre.

Parlez-nous un peu de votre autre auto avec laquelle vous roulez dans la catégorie Sport proto ?

Il s'agit d'une Chevron B21 équipée d'un moteur Cosworth. Elle date de 1972. Elle a participé au championnat d'Europe de sport proto 2.0 litres dans les années 72, 73 et 74. Elle a également fait des courses en Afrique du Sud et en Angola, aux mains d'un pilote portugais. Celui-ci était un de mes idoles à l'époque. J'ai eu la chance de retrouver la voiture avec laquelle il a gagné une épreuve en Angola qui s'appelait « Les 6 Heures de la nouvelle Lisbonne ». Il a gagné avec Roger Heavens comme copilote. Une victoire obtenue devant Vic Elford et Gérard Larrousse sur une Lola T290. Pour moi, c'est une voiture très sympathique qui ressemble un peu aux madeleines de Proust.

Où avez-vous trouvé cette voiture ?

Je l'ai trouvé au Danemark. Elle fait 540 kilos pour 290 ch. Elle possède un rapport poids/puissance intéressant.

Combien faites-vous de courses par an ?

J'essaye de faire entre 15 et 20 week-ends de compétition par an. Malgré mon emploi du temps, c'est une décision que j'ai prise.

Que pensez-vous du projet de transformation de Charade en E-circuit ?

J'en ai entendu parler. Tout ce qui permet de développer des technologies propres pour protéger la liberté de mouvement est une bonne idée. En tant que citoyen européen, je suis plus préoccupé par la liberté de mouvement en soi. Mais je comprends très bien que pour protéger la liberté de mouvement des citoyens, un des facteurs essentiels, c'est que cette mobilité soit propre. Tout ce qui permet d'accélérer le développement des technologies nouvelles, y compris celles que l'on peut développer plus rapidement par la compétition automobile, cela fait totalement sens. Donc, tout ce qui permet dans le sport auto de tester ces nouvelles technologies et d'accélérer leur développement va dans le sens de la protection de la mobilité propre et en protégeant cette dernière, on protège la liberté de mouvement des citoyens. Je trouve que c'est une valeur qui est en baisse ces derniers temps. Il faut faire attention à cela.

0 commentaires
Envoyer un commentaire