Clermont-Ferrand 13° C
lundi 26 octobre

Convention : les pouvoirs publics au chevet des pompiers

06h54 - 03 octobre 2020
Convention : les pouvoirs publics au chevet des pompiers
Le jour de la signature de la convention à la Préfecture. Les responsables de la police, de la gendarmerie,de la justice et des sapeurs-pompiers étaient présents (Photo Etienne Johannel - Service com Préfecture).  

Ils ont été agressés 24 fois depuis le début de l'année dans le Puy-de-Dôme. Soit autant que pour l'année 2019... qui elle n'avait pas connu de confinement ! Et on peut parier que ce triste bilan n'est certainement pas définitif. Alors qu'ils sont censés protéger la population et porter secours aux personnes, les sapeurs-pompiers subissent aussi des injures et font donc l'objet d'agressions physiques et de jets de pierres... Parfois même de la part de personnes secourues. Incompréhensible ! La vie d'un soldat du feu n'est donc pas un long fleuve tranquille.

« Agressions
inacceptables »

Face à cette recrudescence des incivilités et des agressions lâches et gratuites, les pouvoirs publics ont décidé de réagir à travers la signature d'un protocole de lutte et de prévention. Celui-ci a été signé officiellement en Préfecture le 14 septembre, en présence des représentants des pompiers et du président du Service départemental d'incendie et de secours, Jean-Yves Gouttebel.

Pour le Préfet du Puy-de-Dôme, Philippe Chopin, ces « agressions sont totalement inacceptables. » Le protocole permettra à l'avenir de favoriser les dépôts de plainte et le Préfet s'associera désormais systématiquement à ces derniers.

« Nous voulons faire prendre conscience aux victimes de l'intérêt qu'il y a à accomplir cette démarche afin que nous puissions mettre en œuvre des réponses adaptées », a souligné pour sa part Eric Maillaud, le Procureur de la République de Clermont-Ferrand.

Le protocole va également renforcer la coopération entre les hommes du SDIS et les forces de l'ordre, policiers et gendarmes. Déjà effectif, cet engagement conjoint deviendra même systématique dans des zones du département considérées comme à risques.

0 commentaires
Envoyer un commentaire