Clermont-Ferrand 16° C
mercredi 28 octobre

Élections à la Fédération française de rugby : le tandem Grill-Lhermet veut plaquer Laporte

18h15 - 21 septembre 2020
Élections à la Fédération française de rugby : le tandem Grill-Lhermet veut plaquer Laporte
« Bernard Laporte atteint les hommes et piétine le rugby français », affirme Jean-Marc Lhermet. 

Deux listes vont s'affronter le 3 octobre à l'occasion des élections à la Fédération française de rugby. Florian Grill et Jean-Marc Lhermet, appuyés par de nombreux anciens internationaux, entendent mettre fin aux errements du système Laporte.

Ils veulent renverser la table. Et avec elle, tout le système incarné par Bernard Laporte, l'actuel président de la Fédération. Quatre ans après que ce dernier ait lui-même bousculé l'ordre établi, en déboulonnant Pierre Camou de son piédestal, l'ancien homme fort du RC Toulon se retrouve dans la peau de la personne à abattre. Les deux listes candidates sont rentrées dans la dernière ligne droite. En sport, on appelle ça le money-time. Le 3 octobre, les représentants des quelque 1930 clubs français vont devoir choisir, en leur âme et conscience, qui présidera aux destinées du rugby français pour les quatre prochaines années. Car deux systèmes s'affrontent. Deux visions du rugby aussi. Après leur « Tour de France des barbecues », Florian Grill et Jean-Marc Lhermet sont venus présenter leur vision des choses à Clermont-Ferrand, à l'occasion du lancement des 25 réunions nationales. Dans la salle de la Coop de Mai se trouvaient rassemblés plus de 200 représentants de clubs. Parmi eux, du beau monde : Serge Blanco, Fabien Pelous, Jean-Claude Skrela, Abdelatif Benazzi... Le signe d'une équipe qui a su construire un projet solide et fédérateur. D'autres anciens internationaux, à l'image de Thomas Castaignède, Eric Champ, Guy Novès, Daniel Dubroca... soutiennent également la démarche.

En maître de cérémonie, c'est un Jean-Marc Lhermet combatif qui a pris la parole en premier expliquant ce qui l'avait conduit à s'engager derrière Florian Grill. Et à l'évidence, ses illusions « ont été douchées dès les premiers jours » du mandat de Bernard Laporte. L'ancien 3e ligne a dénoncé pêle-mêle la démission de deux élus du comité directeur pour devenir salarié de la Fédération, le placement « des copains » dans l'organigramme, la rémunération « indécente » de Serge Simon, « bien au-dessus des plafonds autorisés », l'augmentation de la masse salariale de 65 %, la perte de 54.000 licenciés ou encore le limogeage de Guy Novès, « inadmissible sur la forme », licenciement qui a coûté 3 millions d'€ à la Fédération. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase ? Le 30 août 2018 à l'occasion d'un comité directeur devant évoquer les problèmes de sécurité dans le rugby suite au décès du jeune Aurillacois Louis Fajfrowski. « Tout le monde est là sauf Bernard Laporte. Quelques jours après, j'apprends qu'il avait préféré enregistrer l'émission d'Hanouna. J'ai trouvé cela inadmissible. »

Mais plus que les fautes de gestion, c'est la trahison des valeurs du rugby que ne supporte pas Jean-Marc Lhermet. « Laporte s'attaque aux hommes quand il est en difficulté. Il les atteint et piétine le rugby français. »

Pour lui, Florian Grill a le profil idéal pour diriger la Fédération et changer ce sport. « Il connaît le rugby comme sa poche. Il a tout connu, a été joueur, bénévole, président de club et de Ligue. Il est chef d'entreprise », rappelle le Clermontois.

Grill, lui, se dit « inquiet » pour la Fédération à l'heure de la crise du Covid-19 et ne veut plus du modèle rugbystique de Laporte, basé « sur une bulle financière et économique que l'on fait monter. » Il veut repositionner ce sport pour qu'il joue un vrai rôle sociétal et éducatif. « On est une entreprise à mission comme les Restaus du Cœur ».

Alors qu'il ne va pas remettre en cause le plan de 35 millions d'aide aux clubs décidé par l'équipe actuelle - « mais c'est un fusil à un coup » - il promet de lever 16 millions d'€ supplémentaires auprès de fonds de grandes entreprises. « La Fédération doit fédérer l'action générale des clubs, c'est sa vocation et sa mission. »

Florian Grill souhaite sanctuariser les championnats de France, les recommencer en 32es de finales. Il veut également redonner de la proximité, « on a besoin de se voir et de se parler », relancer la communication auprès des parents pour attirer de nouveaux pratiquants mais aussi dans les UFR Staps et l'Éducation nationale grâce à un plan de « 1000 ambassadeurs scolaires. »

Il souhaite encore que les 700 anciens internationaux soient disponibles dans les clubs français. En faisant référence à la situation financière délicate de la Fédération, il promet de « ne pas dépenser l'argent que l'on n'a pas. » S'il est élu le 3 octobre, un audit sera d'ailleurs demandé rapidement.

Pour porter ce projet, Florian Grill se dit heureux d'avoir constitué « une vraie équipe » et croit « aux aventures humaines collectives ».

Le patron de la Ligue Ile-de-France et Jean-Marc Lhermet, son futur vice-président, avancent donc main dans la main. Le duo avertit déjà les dirigeants de clubs.

« Si vous votez Laporte le 3 octobre, vous aurez Serge Simon à la tête de la Fédération car le premier ne s'intéresse qu'à World Rugby », appuie l'ancien 3e ligne, bien conscient que l'avenir du rugby français est en train de se jouer.

0 commentaires
Envoyer un commentaire