Clermont-Ferrand 28° C
lundi 13 juillet

Clermont-Ferrand : Olivier Bianchi réélu facilement

10h29 - 29 juin 2020
Clermont-Ferrand : Olivier Bianchi réélu facilement
Olivier Bianchi, entouré de ses colistiers, vient de proclamer dans les salons de l'Hôtel de ville les résultats officiels du second tour des Municipales à Clermont.

L'édile « rose », qui avait su fédérer les principales forces de gauche et les Verts dès le premier tour, a retrouvé son fauteuil de maire au terme d'une campagne marquée par une forte abstention.

Il n'y a pas eu photo à Clermont-Ferrand où le maire sortant, Olivier Bianchi, s'est imposé de façon très nette le 28 juin lors du second tour des élections municipales. Avec 48,41 % des voix, il devance la liste de la droite et du centre conduite par Jean-Pierre Brenas (36,50 %) et celle de Marianne Maximi, pour la France insoumise (15,08 %). Cette campagne inédite, marquée par la crise du Covid-19 et un délai de plus de trois mois entre les deux tours, a souvent favorisé les équipes en place. Avec 18 points d'avance à l'issue du premier tour, Olivier Bianchi avait creusé un écart significatif, bien difficile à rattraper pour ses adversaires. Tout sourire, juste après avoir annoncé officiellement les résultats de l'élection au sein de l'Hôtel de Ville, entouré de ses colistiers, le maire sortant pouvait donc saluer sa réélection et se projeter dans l'avenir.

« Un deuxième mandat, c'est un moment où les gens, à travers leur vote, reconnaissent le travail que vous avez effectué. Cette campagne a été particulière, longue, difficile, pas toujours très classe. Quand on arrive à la fin de cette aventure, il y a un moment d'émotion. Voir tous ces gens qui ont mis leur espoir dans cette élection, cela nous oblige. Ce que j'ai ressenti lors de ces Municipales, c'est de me conformer à l'engagement que j'ai pris vis-à-vis des Clermontois et Clermontoises [...] Dans un monde qui va devoir relever des défis en matière écologique, sanitaire, sociale et économique, je me sens investi d'une responsabilité très lourde », a notamment souligné Olivier Bianchi.

Bien sûr, le maire sortant a tenu à déplorer « la très faible participation » qui a caractérisé ces municipales (30,2 % à Clermont). « Il y a un lien qui s'effiloche entre la classe politique et les électeurs. Notre devoir, c'est de renouer ce lien, ou en tout cas de le conforter. » Olivier Bianchi a rappelé que la ville de Clermont-Ferrand continuerait à remplir ses missions et à jouer un rôle fédérateur, protecteur et facilitateur.

« Face aux tentations extrémistes, nous serons intransigeants pour préserver notre héritage républicain [...] Demain, et tout au long de ce nouveau mandat, il sera de notre responsabilité et de notre devoir d'associer et de donner la parole aux citoyennes et aux citoyens », a-t-il promis.

0 commentaires
Envoyer un commentaire