Clermont-Ferrand 28° C
lundi 13 juillet

Une lettre ouverte du maire sortant à Jean Chazal

18h15 - 22 juin 2020
Une lettre ouverte du maire sortant à Jean Chazal
"Le doyen Chazal, qui est quelqu'un de plutôt bien, s'est un peu caricaturé dans une ambiance de fin de campagne où chaque mot qui est dit n'est pas toujours pesé au trébuchet de la vérité" affirme Olivier Bianchi (Archives CI 63).

L'arrivée du Professeur Jean Chazal dans la campagne des Municipales à Clermont en tant que président du comité de soutien de la liste « Réunis pour vous », conduite par Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy (voir article par ailleurs), a fait réagir Olivier Bianchi. Le maire sortant, candidat à sa propre succession, a publié le 22 juin à destination de la presse une « Lettre ouverte à Jean Chazal ». Sur ce retour inopiné de l'ancien neurochirurgien du CHU, Olivier Bianchi se dit « surpris » mais aussi « un peu blessé » sur sa prétendue désinvolture eu égard au projet de création d'un centre d'optimisation de la santé basé sur la prévention, imaginé par le médecin.

« Nous l'avons financé pendant deux ans à hauteur de 200.000 €. Clermont Auvergne Métropole est l'un des principaux soutiens financiers dans la durée de ce projet, dans un domaine qui ne relève pourtant pas de nos compétences obligatoires. [...] Ni moi ni la métropole ne pouvons aujourd'hui être tenus responsables de l'absence d'autres partenariats qui mettent le projet en péril, venant notamment de l'État ou de la Région dont ceux que vous soutenez sont pourtant bien plus proches que moi », objecte le maire-candidat au sein de ce courrier.

Olivier Bianchi réaffirme qu'en matière de santé, qui n'est pas une compétence de la Ville non plus, la municipalité a œuvré au cours des dernières années. « Premièrement, nous avons fait un contrat local de santé en mettant en synergie différents acteurs. Nous sommes également en train de mettre en œuvre un contrat local de santé lié à la psychiatrie. Deuxièmement, nous sommes certainement la dernière grande ville de France à avoir conservé des infirmières scolaires. Tout ce qui est prévention-santé sur les risques d'obésité, les problèmes de dentition ou de malnutrition, ce sont des choses qui peuvent être détectées dans le cadre scolaire. Enfin, nous avons fait face au problème de désertification médicale. Il y a eu la création du pôle médical à la Gauthière et l'agrandissement du cabinet du médecin du quartier Fontaine-du-Bac. Mais il reste encore des déficits, je pense notamment aux Vergnes depuis le décès d'Alain Laffont. C'est pourquoi, nous souhaitons monter d'autres maisons de santé », assure le candidat, pour qui le plus dur reste de trouver des médecins.

Attaqué également par le Pr. Chazal sur le dossier du rachat de l'Hôtel-Dieu par des investisseurs privés, la maire a souhaité réagir. « Je n'ai pas acheté 25 millions d'€ mais seulement 9 M d'€ la partie qui comprend la bibliothèque et le jardin de lecture qui va être devant [...] Cette vente a permis au CHU d'encaisser 25 millions d'euros, bien utiles pour les investissements dans la nouvelle tranche à venir de l'hôpital Gabriel Montpied », rappelle-t-il, avant de souligner que le doyen Chazal, à l'époque, ne s'est jamais élevé contre cette décision dans les conseils de surveillance du CHU où il siégeait à ses côtés.

Et Olivier Bianchi d'enfoncer le clou : « le doyen Chazal, qui est quelqu'un de plutôt bien, s'est un peu caricaturé dans une ambiance de fin de campagne où chaque mot qui est dit n'est pas toujours pesé au trébuchet de la vérité. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire