Clermont-Ferrand 28° C
lundi 13 juillet

Critérium du Dauphiné : une« répétition » pour Christine Rougerie

15h26 - 22 juin 2020
Critérium du Dauphiné : une« répétition » pour Christine Rougerie
C. Rougerie : « notre territoire est très attractif »

L'adjointe aux sports à la Ville de Clermont et à la Métropole évoque le départ du Critérium du Dauphiné de la capitale auvergnate le 12 août. Une interview réalisée en partie à Lyon, avant la crise sanitaire et la période de confinement.

Pourquoi la Ville a décidé de candidater pour accueillir le Critérium ?

Ce Critérium fait partie des manifestations que l'on veut offrir aux Clermontois afin de ne pas tomber dans une routine chaque année. On veut également démontrer que notre territoire est très attractif en étant capable d'accueillir des épreuves de très haut niveau. Pour nous, c'est un peu une répétition générale en vue du Tour de France mais je crois que nous possédons le savoir-faire pour accueillir l'épreuve au mieux. Christian Prudhomme nous fait confiance. Avec un directeur de sports (Jean-Benoît Burnichon : NDLR) qui connaît très bien les opérateurs du Tour de France, cela aide aussi. Le Critérium a un côté chaleureux, convivial. C'est tout ce que l'on aime sur les manifestations que l'on peut organiser à Clermont-Ferrand.

Est-ce que le fait que la nouvelle star du cyclisme, Julian Alaphilippe, soit auvergnat a joué dans votre volonté de recevoir des épreuves cyclistes ?

Ce fut avant tout un concours de circonstances. Nous travaillons sur ces dossiers depuis trois ans et ce n'était pas encore le cas à l'époque. Après, je pense que cela a été un accélérateur et nous a donné un petit coup de pouce qui a été le bienvenu. L'attitude et le comportement de Julian nous ont plu aussi, tout comme chez Romain Bardet, même s'il a été moins performant la saison dernière. Quand on y réfléchit, son Tour de France 2019 n'a pas été si mauvais que cela non plus (il a remporté le maillot à pois) ; Donc, nous pouvons être fiers de ces athlètes.

La Métropole et la Ville s'étaient positionnées pour un retour du Tour au sommet du puy de Dôme ?

Quand nous avons décidé de candidater, nous étions partis sur cette première proposition. Le maire de Clermont en avait discuté avec Jean-Yves Gouttebel, le président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme. Notre idée était de faire revenir le Tour sur cette montée symbolique de la Grande boucle. Cela ne s'est pas fait. Cela se fera peut-être un jour. Il ne faut pas désespérer. C'est donc la raison pour laquelle nous nous sommes positionnés finalement sur la Ville de Clermont.

Entre-temps, le Coronavirus et le confinement sont passés par là. Les dates du Critérium ont été déplacées au mois d'août. Qu'est-ce que cela change pour vous ?

Nous sommes capables de nous adapter et nous sommes prêts à faire face à toute éventualité. Nous restons sur la première organisation et nous verrons bien s'il faut adapter les choses au fil des semaines. C'est très bien de relancer une manifestation en plein air. Quant aux animations qui étaient prévues en marge de l'épreuve, elles seront reportées ultérieurement car on voit bien que le vélo prend une place de plus en plus importante dans nos villes.

0 commentaires
Envoyer un commentaire