Clermont-Ferrand 8° C
samedi 05 décembre

Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy unis

09h45 - 08 juin 2020
Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy unis
Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy ont annoncé officiellement la fusionde leurs listes sur la place de la Victoire, à Clermont.

Au bout d'un suspense savamment entretenu, les candidats LR et LREM ont décidé de fusionner leurs listes en vue du second tour des Municipales à Clermont, où finalement trois listes seront en lice.

Ils ont joué les prolongations jusqu'au bout. Quelques jours avant la date limite du dépôt des candidatures, le 2 juin, ils ne répondaient plus aux sollicitations des journalistes, se faisaient discrets sur les réseaux sociaux. Et pour cause, leur liste de fusion a été déposée à la dernière minute en Préfecture. Un secret bien gardé. L'entente entre Jean-Pierre Brenas, le candidat LR, et Eric Faidy, pour LREM, a été annoncée officiellement à 19h. Symboliquement sur la place de la Victoire, à Clermont, qui avait retrouvé le jour même ses terrasses et son public. Un jour de renaissance et un jour historique selon Jean-Pierre Brenas...

« Pour la première fois, dans l'histoire politique locale, la droite et le centre sont rassemblés ; la gauche est divisée. Jamais, nous n'avons eu autant de chance de réaliser l'alternance politique à Clermont. Cela fait 75 ans que notre ville est administrée par la même sensibilité politique. N'aurait-elle pas le droit elle aussi d'essayer autre chose ? Avec Eric Faidy, notre volonté est clairement de bousculer l'ordre établi », a plaidé le candidat, provisoirement en retrait de sa famille politique et qui assume la première position sur la liste, tandis qu'Eric Faidy prend la 3e place derrière Catherine Pinet.

Le duo promet de porter un projet clair pour Clermont : « le renouveau dans la tranquillité », avec pour ambition de donner à la collectivité des moyens supplémentaires. Ce mandat permettra d'en faire « une ville verte, une ville sûre et une ville solidaire. » Tous deux promettent également de mettre leurs expériences économiques et médicales au service des Clermontois. « Nous n'avons pas d'ambitions carriéristes et ne recherchons pas un deuxième mandat professionnel. »

En scellant cette alliance, Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy ont voulu écarter le traditionnel « poison de la division », tout en dépassant les clivages. « Nous avons écouté les Clermontois et fait le choix du sérieux, de l'intelligence et du pragmatisme. »

À les écouter, cette fusion paraît même logique en raison de « projets très proches », d'une « sensibilité politique différente mais pas très éloignée » et de « valeurs » communes. « Ce sera la fin des professionnels de la politique à la mairie ; ceux-ci laisseront la place à des professionnels de la société civile qui mettront leur expérience au service de la ville [...] surtout au moment où toute la Métropole clermontoise a besoin d'une action énergique pour surmonter les effets terribles de la crise sanitaire. »

Cette alliance répond aussi à « la nécessité de protéger les Clermontois » en tournant le dos « au gaspillage de l'argent public », en installant « un nouvel état d'esprit au sein de l'administration municipale et métropolitaine. »

Eric Faidy, lui, s'est tourné « naturellement » vers Jean-Pierre Brenas. « Au premier tour, j'ai porté avec mes coéquipiers un projet de transformation de Clermont-Ferrand. Mais si l'on veut aller plus loin, il faut trouver un projet de rassemblement qui permet de le mettre en œuvre. Nos projets peuvent s'enrichir l'un l'autre. »

En raison de la crise sanitaire, l'ancienne tête de liste s'attend à des mois difficiles. « J'ai fait le choix avec Jean-Pierre Brenas d'un conseil municipal d'union locale. »

Alors que LREM lui a retiré l'investiture, Eric Faidy observe qu'en face, Olivier Bianchi est « englué dans ses alliances avec la gauche, l'ultra-gauche, le parti communiste et les frondeurs, ceux-là mêmes qui ont empêché François Hollande de conduire les réformes pour le pays. »

Pour sortir de cette crise violente et préparer le futur de la ville, le 3e sur la liste pense qu'il « faudra de l'énergie, de la compétence et de la détermination. »

Reste que cette campagne du 2e tour, version Covid-19, ne ressemblera pas à une campagne traditionnelle. Mais selon les candidats, il y aura quand même « du terrain, avec de la distanciation, les réunions zoom de quartier, les réseaux sociaux, les Facebook live, etc. »

À travers « cette alliance historique de la droite, du centre et de LREM », Jean-Pierre Brenas estime que sa liste entre « dans le monde de tous les possibles » et qu'elle scelle « le début d'une longue et belle histoire qui doit inscrire Clermont dans la grande lignée des villes les plus attractives, les plus protectrices et les plus joyeuses. »

Verdict le 28 juin...

1 commentaires
  1. isidro, le 09 juin 2020 à 09:44

    le dr Fanget n'est pas sur la photo? serait il à l'écart ? encore une fois , comme en 2014 , la machine a perdre est en place

Envoyer un commentaire