Clermont-Ferrand 27° C
mardi 14 juillet

O. Bianchi : « les électeurs veulent de la clarté et de la cohérence »

09h43 - 08 juin 2020
O. Bianchi : « les électeurs veulent de la clarté et de la cohérence »
Olivier Bianchi parle de « confusion » en évoquant le tandem Brenas-Faidy

S'il ne veut pas juger l'attelage constitué par le duo Brenas-Faidy en restant « au-dessus de tout ça », le maire sortant ne comprend pas comment des gens qui se sont opposés hier sont prêts aujourd'hui à passer au-dessus de leurs valeurs et de leurs convictions pour conquérir le pouvoir. « Ce temps-là est fini. Les électeurs veulent de la clarté et de la cohérence », est persuadé Olivier Bianchi, qui voit dans ce ticket une « alliance complètement artificielle », vecteur de « confusion » dans les esprits des citoyens.

Pas d'accord avec
Clermont
en commun

Face à la droite et au centre, et contrairement à 2014, l'édile rose devra cette fois composer avec une autre liste sur sa gauche, conduite par Marianne Maximi et soutenue par la France Insoumise. Olivier Bianchi reconnaît avoir eu trois échanges avec la jeune clermontoise, dont les deux derniers se sont déroulés fin mai et le 1er juin, afin de finaliser les discussions.

« Les accords, dits techniques, que nous avons connus et auxquels j'ai souscrit en 2014, n'étaient plus envisageables en 2020. On ne peut pas faire le procès des alliances sans contenu à la droite et imaginer que l'on puisse faire pareil à gauche. »

Le maire avait posé un préalable à toute entente avec la tête de liste de Clermont en commun : être dans l'exécutif à ses côtés et voter le budget.

« Ce n'est pas dans leur tradition et leur culture politique. Je n'ai pas à juger de cela. Donc, nous avons acté très sereinement avec Marianne Maximi ce constat de désaccord ».

Le 28 juin, le risque majeur pour le maire, en France comme à Clermont, c'est l'abstention. « Il faut aller voter car ce que nous allons choisir, c'est l'homme ou la femme qui va être le mieux à même d'affronter les enjeux des six prochaines années. Six années où le monde va être perturbé du point de vue climatique, écologique, social et peut-être même nationaliste avec la montée des populismes. »

Des
déambulations
citoyennes

Le candidat plaide donc pour « un maire protecteur » et appellera à voter pour l'homme qui incarne la gauche sociale, écologique et démocratique. « C'est moi ».

Pour cette campagne du second tour, qui se déroule dans des conditions inédites, Olivier Bianchi et son équipe ont prévu de faire des déambulations citoyennes. « On arrivera à trois ou quatre et je me tiendrai à la disposition des Clermontois qui pourront me poser toutes questions sur leur avenir et les politiques que nous souhaitons mener. L'idée, c'est d'instaurer un dialogue citoyen. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire