Clermont-Ferrand 16° C
jeudi 13 mai

Recrutement dans le BTP : les acteurs mobilisés

00h00 - 24 septembre 2018
Recrutement dans le BTP : les acteurs mobilisés
Tous les acteurs ont promis de se mobiliser pour faire face à la pénurie de main d‘oeuvre dans le bâtiment. - © STYL_PREFECTURE_BTP_ciments Calcia

[caption id="attachment_224235" align="aligncenter" width="800"] Tous les acteurs ont promis de se mobiliser pour faire face à la pénurie de main d‘oeuvre dans le bâtiment.[/caption] Jacques Billant, préfet du Puy-de-Dôme, a souhaité réunir récemment les membres du Service public de l’emploi départemental au CFA du Bâtiment à Clermont-Ferrand. Sous la présidence de Béatrice Steffan, Secrétaire générale de la préfecture, et en lien avec la FFB 6, représentée par Georges Faure, son président, et la CAPEB 63, représentée par Jean-Marc Proeres, son Secrétaire général, des actions concrètes ont été définies pour répondre aux problématiques importantes de recrutement au sein du secteur du Bâtiment et Travaux Publics dans le département. Après une baisse quasi-continue depuis près de 8 ans, l’activité du secteur s’est redressée en 2016 à +2%, avant d’accélérer nettement en 2017, à + 5%. Dans le Puy-de-Dôme, les effectifs salariés sont en hausse sur un an de +1,9 %. Avec la relance d’activités, les offres d’emploi sont en forte hausse annuelle dans le BTP : + 57% au niveau national. Mais le secteur reste encore particulièrement touché par les difficultés de recrutement. L’idée est donc d’initier un plan d’actions répondant aux besoins en recrutement du territoire, et de permettre une adéquation entre les besoins des entreprises et les compétences des salariés, chose qui reste aujourd’hui difficile.

TROIS PRIORITES DEFINIES

A l’issue de la rencontre, les partenaires ont défini trois priorités pour agir. Premièrement, une priorité est accordée à la satisfaction des offres d’emploi non pourvues. Seront explorées les pistes de recrutement en direction des publics les plus éloignés de l’emploi, notamment les demandeurs d’emploi des quartiers de la politique de la ville, les personnes en parcours d’insertion par l’activité économique (IAE), ou encore les bénéficiaires d'une protection internationale (réfugiés). Des actions de formation pour ces salariés seront mobilisées avant l’embauche. Deuxièmement, la relance de l’apprentissage. Pour ce défi collectif, priorité à l’échelon national, tous les acteurs seront mobilisés : les fédérations professionnelles, les chambres consulaires, le CFA, le GEIQ BTP et les missions locales, Pôle Emploi, Cap Emploi… Les nouvelles mesures inscrites dans la loi contribueront à favoriser l’apprentissage : 500 € d’aide au permis de conduire pour les apprentis majeurs, une augmentation de 30 euros par mois pour les moins de 20 ans en CAP ou en Bac pro, la possibilité d’entrée en apprentissage tout au long de l’année… Enfin, le troisième axe concerne le développement de la qualification et la formation pour tous. La mise en place de parcours pré-qualifiants et qualifiants pourra être mobilisée en partenariat avec les entreprises dans le cadre du Plan Investissement Compétences (PIC), mis en place par le gouvernement. Dans la lignée du protocole d'accord national pour "Favoriser l'accès aux entreprises du Bâtiment à 15 000 bâtisseurs", l’engagement commun de toutes les parties prenantes est une priorité pour permettre à ce secteur de poursuivre sa croissance tout en relevant les défis liés aux recrutements et à la transformation des compétences. L’intégration sociale des publics éloignés de l’emploi, les possibilités d’évolution au sein d’un secteur d’avenir, la possibilité de se qualifier et de voir ses compétences reconnues, sont des atouts qui devront être rendus visibles pour répondre à ces enjeux. Pour le service public de l’emploi, il s’agira de renforcer la communication entre partenaires et avec le secteur professionnel afin de mieux connaître les évolutions des métiers et de construire des formations adaptées aux besoins des prochaines années.

0 commentaires
Envoyer un commentaire