Clermont-Ferrand 9° C
mercredi 01 février

Margot Laffite : « Cette ambiance, ce contact avec le public est unique à Super-Besse »

06h46 - 16 janvier 2023 - par
Margot Laffite : « Cette ambiance, ce contact avec le public est unique à Super-Besse »
Après sa victoire en Andorre Margot Laffite compte bien aller au bout (Photos © Bruno Bade).

Journaliste à Canal+ et spécialiste des sports mécaniques, Margot Laffite est une redoutable pilote. L'étape de Super-Besse et le Trophée Andros sont des moments privilégiés pour celle qui a déjà brillé en Andorre.

Victorieuse du Trophée Andros en 2005, Margot Laffite prend toujours autant de plaisir à piloter. D'autant qu'avec son métier de journaliste sportive et la longue saison de Formule 1, les occasions de conduire sur glace sont rares. Le Trophée Andros est donc un moment à part pour la pilote de 42 ans.

« J'ai toujours aimé le Trophée Andros car ce sont mes premiers amours et ma première compétition automobile avait lieu à Val Thorens en 2003 se rappelle-t-elle. C'est là que j'ai découvert le sport auto en tant que pilote. C'est une famille et je retrouve Max (Max Mamers) avec plaisir. C'est lui qui m'a mise sur un tremplin pour ma carrière. C'est une discipline très exclusive car on ne peut pas pratiquer ce genre de sport n'importe où et n'importe quand. On arrive tous un peu dans les mêmes conditions pour aborder ces courses. C'est le seul moment où je cours donc c'est toujours un grand plaisir. »

Loeb et Michy

Victorieuse des deux étapes en Andorre, Margot Laffite a enchaîné les performances jusqu'au final à Super-Besse. Quelque soit l'issue finale, cette étape auvergnate reste à part.

« Super-Besse, c'est là où j'ai eu le plus froid de ma vie. À l'époque nous n'avions pas les mêmes protections, il faisait moins 10 degrés. Comme pour l'Andorre, j'ai toujours apprécié cette course, son tempo avec cette parabolique. Cette dernière étape est particulière, comme la première à Val Thorens, car il y a la remise de prix, c'est la fête. C'est une très belle ambiance, il y a toujours du monde, un mur de gens devant nous, on peut les entendre, c'est impressionnant. On se rapproche de l'ambiance des rallyes avec un public très chaud. Claude Michy a su créer un évènement où les pilotes sont en contact avec le public. Il a reproduit un peu cet esprit au Grand prix de France moto. »

Être intégrée à la Team de Sébastien Loeb, multiple champion du monde des rallyes, c'est un beau cadeau pour Margot Laffite malgré son expérience des grands évènements automobiles.

« Être dans l'équipe de Sébastien Loeb, c'est un moment privilégié avouait-elle. Même si je l'ai déjà côtoyé en tant que journaliste, là on apprend à se connaître, on échange et on partage la voiture. On peut parler réglage, conduite et après Val Thorens, il nous a fait un super retour technique. »

On aimerait bien être à sa place et les conseils d'un champion du monde comme Loeb ne seraient pas de trop pour « patiner » là-haut... « Le Trophée Andros, c'est très difficile avec une gestion de pneumatique essentielle explique Laffite. L'expérience est irremplaçable pour performer sur glace. Cela n'a rien à voir avec le circuit, c'est tellement aléatoire avec la température des pneus et de la glace. C'est un casse-tête pour les ingénieurs. C'est d'une complexité. Et rien ne remplace l'expérience. »

En Andorre, Margot Laffite est passée devant son collègue de Canal +, Julien Febreau, un autre enfant de la balle, lors de la seconde manche. Lui aussi sera présent à Super-Besse avec sa Renault Zoé pour faire le show.

« Julien, j'étais content de le taper (sourires). En Formule 1, on n'a pas cette proximité avec le public. Claude Michy n'envisage pas un évènement sans public proche et sans contact avec les pilotes. Dans ses projets, il offre une expérience aux spectateurs et c'est ça qui fait son succès. Il y a des dédicaces, on joue le jeu. C'est génial pour le public, qui revient. »

Victorieuse en 2005, la « Reine Margot » espère décrocher un nouveau sacre dans le Sancy. « Maintenant que j'ai performé à Val Thorens (3e de la 2e course) et en Andorre, j'ai envie d'aller au bout. D'autant plus que je ne roule pas le reste de l'année. Je ne suis pas ambitieuse au départ car j'arrive toujours un peu en retard au niveau des réglages. Je suis surprise des performances de la voiture. Maintenant que je suis en tête... » Margot Laffite ne va pas bouder son plaisir.

0 commentaires
Envoyer un commentaire