Clermont-Ferrand 5° C
mercredi 30 novembre

Dix ans (et plus) du CHU Estaing : un hôpital qui a transformé la vie de Clermont-Ferrand

06h36 - 28 septembre 2022 - par
Dix ans (et plus) du CHU Estaing : un hôpital qui a transformé la vie de Clermont-Ferrand
Didier Hoeltgen le directeur général du CHU et Christine Rougier, la directrice adjointe lors de cette célébration.

Le jeudi 8 septembre, le CHU Estaing a fêté ses dix ans avec deux ans de retard à cause du Covid. L'occasion de revenir sur une infrastructure qui a changé la vie des Clermontois et le paysage urbain de la Clermont-Ferrand.

La célébration des 10 ans du CHU Estaing s'est faite en musique et avec un peu de retard ce jeudi 8 septembre avec la présence remarquée des syndicats, venus témoigner du manque d'effectif et des conditions de travail qui se dégradent au fil des années dans les hôpitaux français.

À la fin des différents discours, une fresque de Bernard Deubelbeiss a été dévoilée. Une fresque inspirée des 36 vues du mont Fuji d'Hokusai, représentants 36 vues des puys de Dôme...

« J'ai dix ans, cela fait bientôt cinq ans que j'ai dix ans »... Christine Rougier, ancienne directrice du CHU Estaing et actuelle directrice adjointe reprenait Alain Souchon pour célébrer cet anniversaire décalé de deux ans à cause du Covid.

Serge Godard, Jean-Yves Gouttebel ou encore Louis Giscard d'Estaing avaient fait le déplacement pour fêter la création d'un établissement qui a changé la vie des Clermontois.

Le site d'Estaing, antenne du CHU de Clermont-Ferrand, fête ses 10 ans et on oublierait presque comment c'était avant... À la fin des années 90, le site de l'Hôtel-Dieu est en fin de course pour ne pas dire de vie... La vétusté du site qui comprend la maternité est pointée du doigt, le bâtiment date du XVIIIe siècle, les patientes sont plusieurs par chambre, les sanitaires manquent... On parle alors d'envoyer les femmes enceintes à Saint-Étienne pour accoucher !

À l'époque, Christine Rougier est l'un des fers de lance de ce nouveau projet qui va tout changer. En 2005, les travaux de cet hôpital plus moderne démarrent avec des plateaux techniques de pointe et un accueil optimisé pour les patients. En 2010, plusieurs services de l'Hôtel-Dieu sont transférés au CHU Estaing dont la maternité.

Le CHU permet alors de regrouper les services, d'assurer les connexions et de proposer un cadre de soin agréable.

Maternité ou polyclinique

Depuis 2010, les enfants naissent au CHU Estaing dans une seule et même maternité. « On a été débordé dès le début et l'ARS nous a aidés, on a ouvert des lits supplémentaires et les équipes médicales ont répondu présent explique Christine Rougier. Ce qui a changé surtout, c'est la prise en charge des patients, l'offre offerte à la population, des conditions d'hébergements et de prise en charge optimale dans un lieu à l'aspect esthétique magique et qui a bien vieilli car depuis dix ans, on travaille pour que tout le monde soit le plus épanoui possible. Le courrier des patients nous incite à continuer dans cette voie. »

Aujourd'hui, 15 enfants naissent chaque jour au CHU, à quelques pas du stade Marcel Michelin... 3 900 à 4 000 accouchements par an ont lieu ici ce qui en fait la première maternité du Puy-de-Dôme.

« Le CHU Estaing a d'abord changé un quartier rappelle Christine Rougier, la directrice adjointe du CHU. Quand nous sommes arrivés, l'hôpital était seul, presque en périphérie du centre-ville. Aujourd'hui, il y a une petite ville autour du CHU Estaing. »

Lien entre Clermont et Montferrand, ce CHU a fait la connexion entre la ville haute et la ville basse. Le tramway a aussi aidé à ce développement du quartier.

« Les 14 hectares achetés à la manufacture Michelin ont été achetés par le CHU et la Ville donc c'est un projet pour les Clermontois et le développement de notre ville qui a été fait à l'époque » tenait à souligner Christine Rougier.

futur

L'établissement ne cesse de s'adapter à l'état du monde et à celui de ses patients. Il réfléchit pour être toujours à la pointe.

« Nous allons avoir encore d'autres évolutions liées à la cancérologie qui malheureusement augmente beaucoup... avouait Christine Rougier. D'autres disciplines nous amènent à réfléchir à d'autres extensions de l'établissement dont je ne saurais que trop souligné la qualité de ses équipes médicales et du personnel, qu'il soit soignant, administratif, technique, paramédical et qui œuvre au quotidien pour essayer d'offrir au patient les moments les plus agréables pendant des périodes souvent difficiles. C'est le sens de la fresque commandée à Bernard Deubelbeiss et que j'ai souhaité offrir pour comprendre que l'art adoucit les mœurs, cela offre du beau, quand on est dans l'angoisse. »

Et maintenant ?

Au niveau des diagnostics et des radios, des apports de matériel dernier cri sont attendus aussi.

« Nous changeons d'IRM et augmentons notre parc d'imagerie sur le CHU Estaing pour être à la pointe et obtenir les diagnostics les plus adaptés à la population. Nous avons aussi acquis une OES, une radiologie intégrale du squelette pour les enfants. En odontologie aussi on utilise de plus en plus de 3D. »

Le CHU a douze ans et continue sa croissance. Un développement qui ne devrait pas s'arrêter dans les années à venir.

« On réfléchit notamment sur des agrandissements d'hôpitaux de jour en dermatologie, en médecine interne mais également sur les maladies infectieuses digestives et le professeur Buisson. Mais également à restructurer différemment l'oncologie en développant les soins de supports pour permettre aux patients atteints d'un cancer de mieux vivre cette pathologie. Sur la pédiatrie, nous réfléchissons à des secteurs avec une prise en charge d'adolescents plus adaptée mais une réflexion aussi sur la pédopsychiatrie car avec l'après Covid, il y a du travail en la matière. Nous sommes une matière vivante, on essaye d'adapter la structure de l'établissement en lien avec les autres sites que sont Louise Michel et Gabriel Montpied. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire