Clermont-Ferrand 24° C
vendredi 27 mai

Olivier de Benoist : « La famille est un sujet qui amuse tout le monde et c'est génial »

12h05 - 12 janvier 2022
Olivier de Benoist : « La famille est un sujet qui amuse tout le monde et c'est génial »
Olivier de Benoist présentera son « Petit dernier » one man show à la Maison de la culture le 22 janvier (© Fabienne Rappeneau). - © Fabienne RAPPENEAU

Le comique livre son nouveau spectacle « Le petit dernier » à la Maison de la culture de Clermont-Ferrand le samedi 22 janvier. Ce papa de quatre enfants délaisse les relations Homme-Femme pour nous faire rire de la parentalité.

On dit qu'à chaque fois que vous avez un nouvel enfant, vous faites un nouveau one-man show. Cette fois vous changez de cap et abordez la paternité. Pourquoi ?

J'ai beaucoup parlé de ma belle-mère ou de ma femme et il fallait arrêter la blague, on avait compris. Il fallait explorer autre chose. Quand on dit toujours la même chose, on le dit moins bien. Au début c'est frais mais après cela perd de sa saveur. On cherche des sujets populaires et je suis parti sur la famille et les enfants. J'ai quatre enfants donc c'est un sujet que je connais. La famille est un sujet qui amuse tout le monde et c'est génial. Les ados adorent que l'on se moque d'eux, les parents sont heureux d'avoir un parent pire qu'eux devant eux, les grands-parents voient que l'éducation a changé... Il n'y a pas quelqu'un qui n'est pas concerné par ce spectacle.

Vous avez quatre enfants. Vous aviez besoin de vous exprimer sur votre rôle de père ?

Ce n'est pas une thérapie mais ce sujet m'est apparu normal. J'aurais pu prendre des sujets plus éloignés de moi, plus branchés aussi mais je me suis aperçu que ce qui m'amusait, c'était de faire rire tout le monde. C'est un sujet populaire, j'ai un enfant de quatre ans, un autre de seize donc ça balaye pas mal d'univers différents.

Florence Foresti a beaucoup abordé le thème de la parentalité dans ces spectacles. C'est plus rare chez les hommes...

Je n'ai pas la prétention d'arriver avec un sujet inédit mais chacun le traite différemment à sa manière et ça, c'est bien. On peut parler pendant 500 ans des enfants mais si les axes sont différents, on s'amuse toujours autant.

Vous voulez « révéler aux femmes les secrets d'une éducation réussie » comme l'annonce votre communiqué ?

Oui c'est le speech de mon spectacle il y a deux ans, à remettre dans son contexte... C'est totalement débile mais je voulais faire un trait d'union avec le personnage complètement bête que j'incarnais. Quand on sait que les femmes sont en première ligne avec les enfants, se foutre de la gueule du monde en imaginant le contraire, cela avait un lien.

Dans votre couple, vous partagez la charge mentale ?

Pour le coup oui. Personnellement, j'ai été très investi dans ma vie de famille durant ces deux dernières années. Je pense que de plus en plus, le schéma de nos parents, du mec qui travaille, qui rentre à la maison et qui s'occupe des enfants juste de temps en temps est mis à mal. Il y a plus d'égalité. J'ai découvert que plus vous vous occupez de vos enfants, plus c'est amusant. Moins on s'en occupe et plus c'est fatigant. Parents c'est un truc, il faut avoir ouvert la « machine » pour que cela soit sympa. Je ne sais pas s'il y a trente ou quarante ans, un humoriste aurait fait ce spectacle car on était vraiment sur un schéma patriarcal. Avec les années, on a arrêté d'être dans cette dynamique-là.

Quel est le retour du public ?

J'ai de très bons retours. Les pointages que l'on peut faire sont très bons par rapport au contexte. On aurait pu encore faire mieux sans le Covid mais honnêtement c'est pas mal. Les gens, malgré les reports et les jauges, sont toujours là, ils ont gardé leurs billets. Cette fidélité, c'est un geste fort de vouloir sauver le spectacle vivant et cela fait du bien. Depuis mars 2020 et les premiers spectacles à Paris, cela fait une longue tournée.

Vous aimez venir jouer à Clermont ?

Je suis déjà venu plusieurs fois. Je suis un artiste de tournée. Je joue à Paris mais peu et je joue beaucoup en province. Il y a une relation qui s'est créée avec le public, je prends le temps de rester dans une ville, je m'arrête et je ne fais pas juste le spectacle et l'hôtel. Le public de Clermont est toujours très chaud, c'est génial.

Olivier de Benoist à la Maison de la Culture de Clermont Ferrand le samedi 22 janvier à 20 h 30. Tarifs : entre 35 et 45 €. Réservations dans les points de ventes habituels.

0 commentaires
Envoyer un commentaire