Clermont-Ferrand 20° C
dimanche 24 octobre

Thomas Rozière : jeune arrière de l'ASM, étudiant en biologie et amoureux des oiseaux

09h11 - 21 septembre 2021
Thomas Rozière : jeune arrière de l'ASM, étudiant en biologie et amoureux des oiseaux
Thomas Rozière, joueur de l'ASM Clermont Auvergne - © Guillaume Bonnaure

À 21 ans, l'arrière de l'ASM, pur produit du centre de formation, grappille du temps de jeu avec les pros. Étudiant en biologie, amateur de photo et de nature, il mène un double projet enrichissant tourné vers la protection de l'environnement.

La boucle est bouclée comme on dit. Thomas Rozière avait fait ses débuts en Top 14 chez les pros lors d'un déplacement à Castres en novembre 2020. Son baptême au stade Michelin, là où il allait voir les matches quand il était gamin, il l'a fait contre le CO le 11 septembre dernier.

Si la victoire n'était pas au rendez-vous, le jeune espoir a montré des garanties, notamment dans le jeu aérien. Contre le LOU lors de la première journée, il a montré une belle autorité sous les ballons hauts.

Double projet

Avec un papy supporter et un père qui a porté le maillot de l'ASM jusqu'en cadets, Thomas Rozière perpétue la tradition asémiste. Ce pur produit du centre de formation vit un rêve mais il garde les pieds sur terre.

« C'est un truc de dingue mais c'est un objectif qui est atteint mais qui n'est pas fixe car dans le rugby pro il faut progresser tous les jours explique le numéro 15. Les sacrifices sont énormes mais les structures, les coéquipiers et le staff t'aident aussi. Quand tu es jeune et que tu arrives à toucher ce monde-là, c'est une énorme fierté. Mais il ne faut pas brûler les étapes. Jouer chez-moi au Michelin devant tous ces supporters et ma famille, c'est très particulier mais aussi une fierté. »

Formé à l'arrière chez les jeunes, Thomas Rozière a basculé à l'aile chez les Espoirs mais il revient à ses premiers amours avec les professionnels après avoir gagné en confiance cet été lors des matches de préparation. Les jambes et la tête fonctionnent aussi très bien pour cet homme de 21 ans.

Comme beaucoup de jeunes à Clermont, Thomas Rozière arrive à mener des études en parallèle avec un cursus en Biologie.

« La Biologie c'est vraiment un choix voulu en amont précise le joueur, ce n'est pas subi. Le double projet est important, je suis en troisième année de Licence en Sciences de la Vie, je l'ai passé en deux ans pour suivre le rythme du rugby et de la fac. Je me suis spécialisé car ce qui me plaît c'est ce qui est en lien l'écologie, l'étude des populations et des écosystèmes. »

Dans la nature, Thomas Rozière s'éclate presque autant que sur le rectangle vert, son autre terrain de prédilection. Il partage une autre passion : la photo et la photographie d'oiseaux en particulier.

Agile dans les airs

Sur son compte Instagram, les photos de rugby et de ses loisirs se mélangent. Il n'hésite pas à mentionner les références de son matériel photo : un Nikon associé à un objectif Tamron 150-600 mm et à poster des clichés de bernaches ou de grues... « J'ai deux ou trois livres sur les oiseaux assez compacts que je feuillette. »

Les balades en famille sur les chemins du Puy-de-Dôme quand il était enfant l'ont marqué et une passion pour les oiseaux est née. Et celle pour la photographie est liée aussi.

« Cela me permet d'avoir un équilibre avec le rugby, de vivre des choses différentes, de m'évader le week-end. J'espère continuer cette passion et sur le long terme en faire mon futur métier après pourquoi pas une petite carrière de rugbyman... »

À l'heure où la jeunesse française se fait du souci pour l'avenir de la planète, ils sont nombreux à avoir pris rapidement conscience de l'urgence...

Naturaliste ou chargé d'études, faire des recensements de la faune ou de la flore pourraient être de futures missions pour lui après le rugby. « Sur le long terme j'aimerais bien m'impliquer, que cela bouge dans les clubs de sport avoue-t-il. Il faut que tout le monde prenne conscience que le monde dans lequel on vit souffre malgré tout. Les catastrophes naturelles montrent que tout est lié, il faut mettre des choses et des moyens en place. »

0 commentaires
Envoyer un commentaire