Clermont-Ferrand 28° C
dimanche 13 juin

Sylvain Casildas : "je souhaite être un maire de terrain"

10h25 - 11 mai 2021
Sylvain Casildas :
"Nous avons pour projet de créer des îlots de fraîcheur dans la ville", affirme Sylvain Casildas, le maire d'Aubière.

Élus à la tête de la Ville d'Aubière en 2020, pour quelques voix d'avance, Sylvain Casildas (sans étiquette) et son équipe ont depuis imprimé leur marque…

Presque un an après votre élection à la tête de la mairie, quel premier bilan faites-vous et quelles sont les premières actions que vous avez mises en œuvre ?

C'est un bilan positif car la fonction est passionnante et enrichissante. Certes, la prise de fonction a été marquée par la gestion de la crise Covid. La grande étape pour moi a été la période de la rentrée scolaire. Elle s'est bien passée.

En ce qui concerne les premières mesures, suite à un engagement de campagne, nous avons supprimé les indemnités des élus jusqu'à la fin de l'année 2020. L'argent économisé a été réinjecté dans la lutte contre la Covid-19. Nous avons attribué 35.000 € de chèques solidarité alimentation, notamment pour les familles qui bénéficiaient dans les cantines scolaires de la tarification sociale. Dans une logique vertueuse, nous avons souhaité que cet argent soit dépensé dans les commerces alimentaires du centre-ville. Avec 1 € d'argent public, nous avons octroyé 1 € d'aide pour les familles et 1 € pour les commerçants. Nous avons aussi mis en place une aide de 1.000 € pour les commerces, calquée sur le modèle de l'État, augmenté les subventions aux associations de 10 %, lancé une prime d'un montant de 150 € pour l'achat d'un vélo électrique. Celle-ci a connu un vrai succès. Nous l'avons reconduite en 2021 en augmentant l'enveloppe budgétaire.

Que comptez-vous faire en matière de transition écologique ?

Nous avons lancé un plan de végétalisation de l'espace public en multipliant les plantations d'arbres sur le territoire de la commune. Il s'agit à la fois de renouveler le patrimoine arboré, de lui offrir des conditions de développement pérennes et de planter des essences adaptées aux conditions climatiques de demain. Nous avons pour projet de créer des îlots de fraîcheur. Le premier va se faire en centre-ville, l'îlot Montagnon. La précédente municipalité voulait y édifier un bâtiment de 12 m de hauteur, nous avons annulé le permis de construire. Ce lieu sera aménagé à la manière d'un petit parc, offrira des services supplémentaires aux habitants comme quelques places de stationnements, un point d'apport de collecte de déchets, un sani-canin et des arceaux à vélos afin de favoriser les mobilités douces. Les travaux débuteront fin mai pour s'achever cet été. Sinon, nous allons mener des travaux à l'école élémentaire Beaudonnat en créant des ombrières dans un projet global de rénovation thermique et énergétique du bâtiment.

Pour tous les projets que nous menons, nous accordons un gros temps de concertation aux habitants. Nous sommes dans la co-construction de projets. C'est une conviction profonde. Je souhaite être un maire de terrain, je ne veux pas m'enfermer dans un bureau. Il est très important de faire de la pédagogie. Aujourd'hui, la relation d'un élu avec le citoyen doit vraiment être un dialogue. Nous ne pouvons pas faire subir aux gens les décisions. On se doit de les informer.

Vous portez aussi un projet pour le centre-ville d'Aubière, que peut-on en dire ?

Nous avons la chance d'avoir un centre-ville géographiquement marqué et une richesse commerciale. Mais le commerce de centre-ville est par essence fragile. Nous allons travailler sur les locaux vacants, en essayant de proposer des activités qui soient non-présentes et pérennes. Nous devons travailler à la fois sur le volet commerce et sur le volet urbanisme, prendre en compte les besoins d'espaces verts, de stationnement, d'équipements publics. En termes de logements, il faut aussi porter des projets qui permettent de faire revenir des familles en centre-ville. Tout cela va s'inscrire dans une opération plus globale intitulée ORT (Opération de revitalisation du territoire), une convention signée avec les services de l'État dans le cadre de la Métropole. Avec Cournon, Aubière est la commune la plus en pointe au niveau de la réflexion dans le cadre de cette politique globale. Il faut aussi intégrer les mobilités et les connexions. Nous discutons avec les propriétaires de commerces, les porteurs de projets. Notre rôle est d'être des facilitateurs.

Et en matière de sécurité, quelles sont vos ambitions ?

Nous allons mettre en place la vidéoprotection. Aubière était la seule ville de la Métropole de plus de 10.000 habitants à ne pas être équipée. Nous avons prévu 25 caméras, elles seront installées à partir de la fin de l'année 2021, notamment sur les places publiques, les parkings et les quartiers résidentiels. L'objectif est de lutter à la fois contre les incivilités et les cambriolages. Au cours du mandat, nous augmenterons les effectifs de la police municipale avec la création de deux postes supplémentaires (4 actuellement N.D.L.R.). J'ai demandé à la police qu'elle renforce ses patrouilles pédestres car je veux qu'elle soit également une police de proximité. Afin que le bureau de la police municipale soit ouvert en journée, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, nous affecterons bientôt un agent administratif. Celui-ci devra remplir une mission d'accueil, d'écoute et de renseignement de la population.

Quels sont vos autres projets au cours du mandat ?

En matière de sport, nous mènerons la réfaction du terrain de rugby et des terrains de tennis. Sur le plan culturel, l'équipement culturel de proximité (ECP) devrait être terminé dans le courant du mois de juin. Cette salle sera plutôt orientée vers les pratiques acoustiques et le théâtre. Nous devons l'inscrire dans l'offre culturelle métropolitaine, lui donner une identité. Nous travaillons en parallèle sur une nouvelle manifestation, j'espère que nous pourrons la lancer cet été. Sorte d'afterwork, déclinée sous la forme de fête de la musique, ces "Apér'Aubière" seront proposés les vendredis soir au mois de juillet sur la place des Ramacles. Je souhaite créer de la convivialité, du partage, développer l'image d'Aubière comme une ville où il fait bon vivre.

0 commentaires
Envoyer un commentaire