Clermont-Ferrand 18° C
dimanche 25 octobre

Volailles fermières d'Auvergne : la filière « Label rouge » en forme

09h35 - 18 octobre 2020
Volailles fermières d'Auvergne : la filière « Label rouge » en forme
Le SYFOVA a misé sur la qualité. Élevées en plein air, les volailles fermières d'Auvergne s'appuient sur le Label Rouge et l'IGP (© : Jérôme Chabanne).

Les volailles fermières d'Auvergne affichent une belle santé, qu'on se le dise ! En s'appuyant sur ce qui fait leur force, le « Label rouge » et l'IGP (Indication géographique protégée), elles affichent leurs plus beaux atours à l'occasion d'une campagne de communication qui est venue sceller leur rapprochement avec les rugbymen de l'ASM Clermont Auvergne. Le SYFOVA, leur syndicat, est même rentré dans le cercle très fermé des « partenaires officiels » du club. Depuis quelques jours, volailles en mains, des Jaunards s'affichent en grand sur les panneaux publicitaires. Source de protéines, la viande blanche est bien évidemment recommandée pour les joueurs qui, grâce à ce partenariat, dégustent toutes les semaines les pintades et autres poulets fermiers d'Auvergne (selon une indiscrétion, un solide gaillard Fidjien de 3e ligne en mangerait même deux par jour à lui tout seul mais chut... !). Le partenariat, qui va se décliner sous différentes formes, verra l'édition prochaine d'un livre de 15 recettes imaginées par le chef du restaurant l'En-But, Stéphane Ranieri. On en salive déjà...

Pour le reste, le Syfova a misé depuis de nombreuses années sur la qualité. Une démarche gagnante. 9,1 millions de têtes de volailles ont été vendues en 2019, principalement des poulets fermiers, mais aussi des pintades, poulardes, dindes et chapons fermiers. « Toutes nos volailles naissent et grandissent dans la région, au sein d'élevages à taille humaine. Durant la journée, elles évoluent à l'extérieur dans des espaces herbeux ou forestiers. Elles sont nourries sans OGM, avec un soja produit en Auvergne et dans les régions limitrophes », souligne Marc Saulnier, le président du syndicat, qui met en avant également l'absence de recours aux antibiotiques et autres anticoccidiens.

400 éleveurs auvergnats travaillent aujourd'hui pour le compte du Syfova, installés essentiellement dans l'Allier et le Puy-de-Dôme. Comme le fait remarquer Patricia Nifle, sa directrice, la filière pèse 1000 emplois directs et l'Auvergne est le 5e bassin de production Label rouge de l'Hexagone. La filière fournit essentiellement la grande distribution française mais exporte aussi en Scandinavie, au Danemark, en Belgique ou encore en Roumanie.

Si un poulailler ouvre en moyenne chaque semaine dans la région, le principal souci de la filière, « c'est de trouver des consommateurs », résume Marc Saulnier, dont le syndicat joue la transparence. En atteste la mise en place d'un QR Code sur chaque poulet fermier qui renvoie vers une courte vidéo présentant l'éleveur qui a élevé la volaille.

Le président fixe l'objectif à plus long terme : « nous souhaitons que l'Auvergne devienne une belle basse-cour. »

La filière espère atteindre la barre des 10 millions d'unités cette année.

0 commentaires
Envoyer un commentaire